« Jouer comporte des risques : endettement, dépendance... Appelez le 09-74-75-13-13 (appel non surtaxé). »

Le Real est mort, vive le Real !

Retour sur une semaine où le Real « a tout perdu ».

Le Real est mort, vive le Real !
C’est assurément LA sensation des huitièmes de finales, certainement au-delà d’une éventuelle élimination de la Juve ou d’un autre favori.
Le Real Madrid, triple tenant du titre de la Ligue des Champions, s’est fait sortir dès les huitièmes de finale de la compétition ! Malgré une victoire  2-1 à l’aller à Amsterdam, ils ont subi une lourde défaite 4-1 au Bernabeu.
Lorsque l’on regarde le contenu des doubles confrontations, cela n’est pas étonnant, au vu des prestations des hommes en blanc, mais surtout du niveau affiché par l’Ajax, individuellement et collectivement.
Malgré cela, il est surprenant que l’on en soit arrivé là pour le plus grand club du monde, roi d’Europe depuis trois ans.
Le Real est mort, vive le Real !
Après la rencontre, Toni Kroos a donné son point de vue sur la situation.

Nous avons une bonne équipe et nous l’avons montré à certains moments de la saison mais pour être honnête, pas assez. Il nous manque de la constance.

Certes, les départs de Zinédine Zidane et Cristiano Ronaldo, qui n’ont pas été compensés, sont des raisons qui expliquent cela. Mais elles ne sont pas suffisantes. Pas pour une équipe autant expérimentée et qui était avantagée au moment de recevoir.
Et pourtant. Les hommes de Santiago Solari ont failli défensivement et échoué offensivement, comme en atteste l’unique réalisation de Marco Asensio. Une réalité qu’a également reconnue Toni Kroos.

Félicitations à l’Ajax, ils ont été la meilleure équipe.
Le Real est mort, vive le Real !

La presse espagnole n’a évidemment pas été tendre avec le Real. Mais au-delà de la défaite, c’est autre chose qui semble cristalliser la tension en Espagne : la fin d’une ère, comme l’a titré Sport, ou l’humiliant final d’un cycle impossible à reproduire, annoncé par Marca.
Le Real est mort, vive le Real !
Nacho, expulsé en fin de rencontre, est également allé dans ce sens. Mais plus inquiétant, il a donné l’impression que cette élimination était pressentie.

Une nuit comme celle-ci approchait, elle a eu lieu ce soir, de manière assez douloureuse. Nous sommes tristes d’avoir quitté la compétition où nous avons été rois pendant longtemps.

Difficile donc, d’autant plus que la C1 était la seule grosse échance qu’il restait au Real.

Nous savions que ce serait difficile mais maintenant, l’équipe est déprimée parce que nous savons qu’il n’y a plus grand chose pour lesquels il faut se battre.

Une révolution s’annonce du côté du Real Madrid, et avec elle de nombreux changements.

par :

Tombé dans la grande marmite du football en 2006, je souhaite partager ma passion magique pour le ballon rond à travers mes écrits.