US

L’OM va faire appel pour Rami !

par

Les dernières décisions de la commission de discipline ne sont décidément pas passées du côté de l’Olympique de Marseille. En marge de la passe d’arme entre les deux présidents de l’OM et l’OL ces derniers jours, le club phocéen a annoncé dimanche qu’il va faire appel de la sanction adressée à Adil Rami.

Suspendu trois matchs fermes par la commission de discipline de la Ligue suite à son attitude lors de la réception de Lyon le 18 mars dernier, Marseille espère pouvoir réduire la sanction afin que le défenseur puisse une nouvelle fois jouer en Ligue 1 cette saison.

L’appel n’est toutefois pas suspensif, comme l’a précisé le boss marseillais, Jacques-Henri Eyraud, à l’Equipe. Depuis ces décisions de la commission de discipline, rendues le 24 avril, les Lyonnais et Marseillais enchaînent les attaques par médias interposés.

A tel point que la LFP, par la voix de sa président, Nathalie Boy de la Tour, a appelé au calme entre les deux clubs samedi dans un entretien à l’AFP :

Je ne peux que déplorer l’image négative que de telles discussions peuvent engendrer. Je rappelle qu’il faut faire preuve de dignité, de retenue, d’exemplarité, notamment vis-à-vis de la jeunesse. Il faut raison garder, mais c’est compliqué dans un univers où la tension sportive est très forte (…) Je ne rentrerai pas dans le débat de cette guérilla. J’ai beaucoup d’estime et de respect pour les deux présidents, qui ont des parcours et des profils différents. A trois semaines de la fin du championnat, la tension sportive est extrême. J’appelle au calme.

Pas sur toutefois que ces déclarations suffisent à apaiser un climat de plus en plus électrique dans ce sprint final en Ligue 1 pour une place en Ligue des Champions.

Retrouvez toute l'actu mercato de Olympique de Marseille / OM

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.