US

Sainté va devoir sortir les gros sous pour conserver Trémoulinas

par

Cet hiver, l’ancien pensionnaire des Girondins de Bordeaux débarquait dans le Forez, en provenance du Dynamo Kiev. Il a rejoint Saint-Etienne sous la forme de prêt courant jusqu’à la fin de saison. Il s’agissait là pour les dirigeants de pallier au départ de Faouzi Ghoulam, qui est parti gravir un échelon supplémentaire à Naples.

Mais c’est bien plus que de remplacer l’international algérien que fait Benoît Trémoulinas. Sous la maillot vert, il enchaîne les sorties de très bonne qualité, au point de donner des envies à Romeyer et Caïazzo. A l’heure actuelle, ceux-ci songent à le conserver.

Ainsi, si l’on en croit But ! Saint-Etienne, ils seraient prêt à lever l’option d’achat de 4 millions d’euros fixé par le club ukrainien. Mais la question du salaire du joueur pose problème. En effet, il percevait 200 000 euros par mois, lorsqu’il évoluait à Kiev. Selon le principal intéressé, ils devront faire des efforts financiers s’ils espèrent continuer l’aventure avec lui.

Il faudra voir avec le président directement. Est-ce qu’il compte sur moi ? Est-ce qu’il est prêt à faire des efforts ? Aujourd’hui, il y a un transfert mais aussi un salaire à payer. Même si je suis prêt à consentir à des efforts comme je l’ai fait en arrivant ici, j’attends aussi que le club fasse aussi des efforts pour que ce soit du donnant-donnant. On verra bien.

S’il les deux parties ne trouvaient pas de terrain d’entente, les dirigeants de l’ASSE auraient l’intention de se rabattre sur deux joueurs de Ligue 1. Il s’agit du jeune arrière gauche niçois formé à Lyon : Thimothée Kolodziejczak, et de Jérémy Morel, plus du tout en odeur de sainteté du côté de l’Olympique de Marseille.

Retrouvez toute l'actu mercato de Dynamo Kiev

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.