FR

OL : une liste de quatre noms pour renforcer la défense

par

Du côté de l’OL, on souhaite la venue d’un défenseur central.

OL : une liste de quatre noms pour renforcer la défense

Arrivé pour près de 30 millions d’euros avec bonus en provenance de la Sampdoria Gênes, le défenseur central Joachim Andersen peine à justifier l’important investissement consenti par l’Olympique Lyonnais. Déçus, les dirigeants rhôdaniens envisageraient de recruter un nouvel axial lors du prochain mercato estival.

Selon les dernières informations du quotidien L’Equipe, plusieurs joueurs seraient ciblés par la cellule de recrutement lyonnaise. Le nom de Robson Bambu serait coché en gras par Juninho. Âgé de 22 ans, ce dernier dispose d’un contrat jusqu’en juin 2022 avec l’Internacional Porto Alegre. Le directeur sportif brésilien le suivrait depuis quelques mois déjà. Des discussions auraient été entamé il y a quelques semaines avec les représentants du joueur.

Le nom d’Aïssa Mandi circule également du côté des Gones. Lié jusqu’en juin 2021 avec le Betis Seville, ce dernier possède l’avantage de bien connaitre la Ligue 1 pour y avoir évolué pendant plusieurs saisons avec Reims. Côté indemnité de transfert, l’international algérien pourrait coûter environ 10 millions d’euros.

Des pistes également en Italie et en Allemagne

En effet, le club rhôdanien se serait renseigné sur Merih Demiral (22 ans, Juventus) et Marash Kumbulla (20 ans, Hellas Vérone). Néanmoins, les deux joueurs ne devraient pas rejoindre le Rhônes. Le premier ne dispose pas de bon de sortie, les Bianconeri comptent beaucoup sur lui et le second dispose déjà de plusieurs touches notamment avec l’Inter Milan et Naples. En Allemagne, Kevin Akpoguma qui évolue à Hoffenheim serait suivi.

Retrouvez toute l'actu mercato de Olympique Lyonnais / OL

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.