« Jouer comporte des risques : endettement, dépendance... Appelez le 09-74-75-13-13 (appel non surtaxé). »

ARJEL : Autorité de Régulation des Jeux En Ligne

Contenu commercial / +18

An : 2010 ; Mois : Juin ; Sujet : ARJEL ! L’Autorité de Régulation des Jeux En Ligne est à la fois la meilleure et la pire chose qui puisse arriver dans le secteur des jeux d’argent en ligne. Et pour les paris sportifs, l’Arjel se veut tout aussi active. Mais comment tout cela s’opère-t-il ? Comment se chiffre-t-il ? Était-ce mieux avant ? Il n’y a aucune bonne réponse à ces questions, juste des faits, rien que des faits. Mais on a rien fait m’sieur l’Arjel !

Le monde du jeu en France avant 2010

Comment s’organisait le monde du jeu avant même que l’Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) autour des paris sportifs et jeux d’argent en ligne ne mette son grain de sel ? Et bien il n’existait que deux institutions : la Française Des Jeux (FDJ) et le Pari Mutuel Urbain (PMU). Des institutions, ou même des entités icôniques et monopolisées par l’État, le tout depuis plus de quatre siècles. Alors oui, au temps de Jean Bart ou même de François de Beaufort, Duc de Vendôme, ces noms n’étaient pas encore proposés, mais l’État était déjà sur le coup pour les petits paris entre amis. Des écus ou la mort, c’était un peu le dicton de l’époque.

Non, véritablement, c’est au début du XXè siècle que la FDJ et le PMU font offrande de leurs bonnes oeuvres, de leurs services, pour miser sur le bon cheval. Et puis histoire de passer quelques pages de l’Histoire, internet s’ouvre aux millenials avec une panoplie de jeux d’argent et de hasard. Une ouverture nommée Winamax, Betclic, Unibet, NetBet et quelques autres encore. Le tout sans véritable licence. Était-il risqué pour autant de s’y rendre et d’y renseigner ses données bancaires pour jouer au poker ou sur les paris sportifs sans l’Arjel ? Que nenni mon bon Jean Bart !

Seulement…

Juin 2010 : Instauration de l’Arjel

Seulement, pour qu’il y ait beau jeu, il faut quelques règles. C’est alors qu’en 2009, tous nos bons penseurs de Bercy se réunissent et découvrent qu’ils se font marcher dessus par un marché extérieur. Quoi de plus intelligent alors que d’y ajouter une autorité supérieure. Divine ? Non, il fallait du concret. Pour le poker, les jeux de hasard vendus dans les points de vente agréés, et surtout les paris sportifs, l’ARJEL est la plus belle invention de l’Homme… français.

Tel un maton, ou juste un arbitre de foot, armé de son sifflet et de ses cartons, il adresse des sanctions à tous les opérateurs étrangers qui ne respectent pas les règles. La FDJ et le PMU étant placé sous la même enseigne. Pour un peu d’équité sans doute. Pas de chauvinisme, même aux plus hautes autorités de l’État. Alors Winamax, PokerStar, Unibet, Betclic et vingt-six autres opérateurs sont présentés désormais sous licence Arjel pour les paris sportifs et autres services associés. Une mesure de sécurité qui rassure des joueurs déjà inscrits. Une mesure tout court pour imposer de nouvelles limites aux jeux d’argent. Une mesure pour taxer un peu une économie colossale qui échappait à l’État.

Toujours est-il que l’Arjel n’a pas inventé le fil à couper le beurre, mais régularise ses dimensions, ses mensurations, avec quelques paramètres bien tranchés. Dans le monde du football, l’arjel a été plus dur notamment que pour d’autres sports. Sans doute parce que c’est l’économie la plus florissante en matière de paris sportifs. Unibet en avait déjà fait les frais en 2007 en essayant d’apposer sa marque sur les maillots de clubs français en Ligue 1, le tout ayant été remplacé par des points d’interrogation. Même cas de figure, en 2006, pour l’opérateur 888.com que le TFC a dû remplacer au dernier moment par « ???.com ». Les prémices de l’Arjel. En quelques sortes. Bien qu’après une petite compensation bien négociée, les bookmakers de paris sportifs en ligne pouvaient enfin trôner sur l’avant des maillots de Ligue 1 et Ligue 2, aux côtés des autres Pornhub, UberEats et Auchan.

Mais pour bien définir l’Arjel au coeur des paris sportifs et autres jeux de pouvoir (d’argent), il faut regarder de plus près sa composition :

  • Sept membres pour former un collège élu (ou peut-être pas)
  • Un président au sein du collège
  • Six magistrats pour la Commission des Sanctions
  • Dix(verses) Commissions Spécialisées avec autant de membres qu’il faut (et de copains)

En ayant résumé l’Autorité de Régulation des Jeux En Ligne en ces quelques mots, nous nous en sortons plutôt pas mal, et l’institution aussi. Parce qu’il y en a d’autres qui sont beaucoup moins tendres que nous sur l’Arjel et les paris sportifs !

Comment se porte le secteur des paris sportifs sous ARJEL ?

Avant son intervention, le secteur des paris sportifs n’était tenu que par la FDJ et le PMU. Pour les autres opérateurs, ils se sont concentrés avant tout sur le poker. Winamax ou Poker Star ne proposait que cela au début de l’année 2005 en France. Mais ça c’était avant. Car avec l’Arjel, tous les opérateurs voulant entrer sur ce marché de l’Hexagone, le pari sportif est une obligation de service. Au fil du temps, il est même imposé l’instauration d’une application mobile, avec des mesures de sécurité toujours plus poussées, un message toujours bienveillant : « Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09-74-75-13-13 (appel non surtaxé) » et bien sûr une écoute attentive à toutes formes d’addiction autour des jeux d’argent.

Sur ce point, nous devons prendre un ton plus grave, car le sujet en lui-même est grave. Nous proposons certes un service et une information liée au monde des jeux d’argent, des paris sportifs et l’Arjel étant aujourd’hui notre sujet. Mais il est surtout essentiel de prendre le problème de l’addiction par le bon bout. Lors de tout débordement, si vous venez à vous mettre en situation financière délicate, que vous constatez qu’un proche mise plus que de raison, une aide est à contacter sans plus tarder. Comme pour toutes formes d’addiction, celle liée au jeu est l’une des moins bien considérées. Et pourtant, les conséquences sont toutes aussi aggravantes pour le sujet concerné comme pour son entourage.

Après ce bref rappel, néanmoins essentiel, force est de constater qu’avec l’Arjel, les paris sportifs sont plus présentés et présentables (publicité, sponsoring, communiqué de presse), avec également une transparence totale. Chaque année, et chaque trimestre, depuis maintenant dix ans, l’autorité nationale présenté les chiffres de l’année écoulée.

Si en 2010, jusqu’à 30 opérateurs étaient agréés sous la licence Arjel pour les paris sportifs foot et autres services, aujourd’hui il n’en est plus que 14. La raison a tout cela ? Des restrictions beaucoup trop importantes. De plus en plus imposantes. Et une taxation qui se veut aussi plus lourde pour les opérateurs étrangers qui ne s’y risquent même plus. Certains experts se demandent même si ce marché n’est pas en train de sombrer par l’action de l’Arjel ? La privatisation de la FDJ en est sans doute même une première réponse !

Mais il faut aussi savoir analyser les chiffres. Jamais les paris sportifs, avec l’Arjel, ou même avant 2010, n’ont été aussi importants. Les chiffres records lors de la dernière Coupe du Monde 2018 en Russie en sont un exemple concrets. Jusqu’à 690M€ de paris enregistrés, en France, en seulement un mois de compétition. Pour une grande majorité de ces mises, il s’agissait d’un premier jet pour beaucoup de particuliers. La passion associée aux paris sportifs sous l’Arjel en est un premier état de fait. C’est une véritable promotion qui en est assurée. Au cours de la saison régulière, le match le plus prolifique en termes de mises placées n’étaient autres qu’un PSG – Real Madrid, en mars, avec une fois encore plus de 50M€ de paris réalisés. Et les records de gains sont aussi au rendez-vous !

D’autres services présentés par les bookmakers sous licence ARJEL

Au-delà des seuls paris sportifs foot, l’Arjel présente d’autres prestations de standings. Le poker ainsi que le turf, dissocié désormais des mises sur le sport, sont conditionnés pour assurer la sécurité des joueurs, tout en provocant une passion aussi grandissante.

Pour les jeux de cercle, il est un constat toutefois considérable, c’est la baisse des mises et d’argent engagé en cash game. Non seulement, les parieurs inscrits pour le poker et prenant place au cash game ne représente qu’un peu plus d’1% des adhérents, ces derniers étant plus orientés vers les tournois. Les options de free-roll (entrée gratuite) sont même les plus appréciées, mais ne rapportant que peu aux opérateurs Arjel au-delà des paris sportifs.

Le turf est également peu engageant si l’on en croit les statistiques présentées par l’Arjel sur la base des joueurs. Tout d’abord, tous les bookmakers ne proposent pas forcément du turf. Et pour les rares qui soumettent des mises et bonus sur les courses hippiques, le nombre d’adhérent reste assez faible. Notons toutefois qu’il s’agit de l’un des seuls secteurs de l’Arjel où la parité homme-femme est la plus équilibrée. Pour les paris sportifs, cette analyse Arjel devrait donner également satisfaction dans les années ou seulement trimestres à venir, tant la croissance de présence féminine est forte. Mesdames et messieurs, parier et rencontrer l’amour sur la même plateforme, c’est votre monde de demain !

Une ouverture vers de nouveaux sites de paris sportifs Arjel

Si comme certains experts désirent l’entendre, et si comme les dix dernières années ont pu le prouver, l’Arjel pour les paris sportifs ou les autres domaines du jeu en ligne ne ferme la porte à personne. En passant de 30 opérateurs à 14 aujourd’hui, ce ne sont pas 16 licences qui ont été abandonnées ou supprimées, mais bien 30 en tout, pour 3 nouveaux depuis 2013 (Geny ; Winamax ; ZeBet).

Dans le cadre de Winamax, la licence de l’Arjel est pour les paris sportifs apportée en 2014, l’opérateur proposant déjà du poker, mais devant également opter pour un second service qui a pris plus de temps à voir le jour en optimisant les mises sur le football. Et pour le quatorzième nom, il n’a été présenté qu’en juin 2019, sous la marque Vbet. Soit une quatrième licence créée depuis 2010 pour l’arbitre français du football dans les paris sportifs, l’Arjel voulant également ouvrir l’horizon à d’autre marques, sans manquer de souligner les nouvelles options de paris qui se font attendre avec une pointe d’impatience.

par :