US

OM : Barton conservé? 4 noms en attaque

par

Auteur d’une bonne saison, pour le moment, à l’OM, Joey Barton semble avoir convaincu le staff phocéen et ces derniers songeraient à le conserver. En effet, José Anigo a, d’ailleurs, évoqué hier sur RTL qu’un nouveau prêt ne leur déplairait pas.

 

« On a de très bons rapports avec QPR et prolonger le prêt peut être jouable. Il se plaît à Marseille, il aime cette ville qui respire le foot. On n’a pas commencé de discussions, mais c’est un garçon attachant. On veut le garder, mais on n’a aucune certitude. Il est avec nous et il a un bon comportement. C’est un bon professionnel dans le boulot et dans son implication tous les jours. Beaucoup de joueurs français devraient prendre exemple sur lui. C’est un gros bosseur et un compétiteur qui connaît le travail et la sueur. Ce qu’il représente sur le terrain plaît aux supporters, il est combatif et donne beaucoup de lui-même. »

 

Mis à part conserver Barton, la direction phocéenne chercherait le futur remplaçant de Loïc Rémy. Plusieurs noms, d’ailleurs, ont récemment fait surface. Il s’agirait de Modibo Maiga (West Ham), Yannick Sagbo (Evian), Djamel Bakar (Nancy) et David N’Gog (Bolton). Seul hic, José Anigo a démenti ces possibles transferts, toujours, sur RTL.

 

« Notre but, c’est de nous creuser l’esprit, de fouiner dans des endroits où on ne serait pas allé par le passé, pour des joueurs confirmés et non pas des paris. On ne remplacera peut-être pas Rémy par un nom ronflant, mais par un joueur méconnu qui montre de bonnes choses. Ce sont les pays nordiques, le Portugal, les pays de l’Est. Bakar, ce n’est pas un joueur sur lequel on s’est positionné. Boudebouz non plus. N’Gog, c’est faux. »

Retrouvez toute l'actu mercato de AS Nancy Lorraine

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.