US

Janot à Lille? Isimat-Mirin aussi?

par

A la recherche d’une nouvelle doublure, le LOSC s’intéresserait fortement à Jérémie Janot, selon la presse française.

Néanmoins, si les médias affirment que l’ancien stéphanois serait en contacts avancés avec  le LOSC, celui qui est sous contrat au Mans jusqu’en juin 2015 a démenti ces informations : « Aujourd’hui, je ne sais rien. Mon téléphone a sonné toute la journée, mais je voulais rester concentré. Si je dois tirer une leçon de ces huit derniers mois, c’est qu’il ne faut pas faire de plans sur la comète. Je pensais faire toute ma carrière à Saint-Etienne et j’ai filé en mai à Lorient, puis en juillet au Mans. »

Néanmoins, le gardien de 35 ans ne serait pas insensible à l’intérêt du LOSC. « Il y a un critère important : je suis nordiste et c’est le Losc. Le Losc, ça ne se refuse pas ! Mais par respect pour Rudi Garcia que je connais bien et pour Denis Zanko, je ne veux pas avancer des choses alors qu’il n’y a rien concret. Aujourd’hui, je le répète, je ne suis au courant de rien  » a-t-il déclaré dans les colonnes de Ouest-France.

Le président sarthois a, de son côté, également démenti l’information sur RMC : « Il n’y a absolument rien et je ne veux pas me séparer de l’un de mes cadres. Ce n’est pas du tout à l’ordre du jour. »

Mis à part Janot, les Dogues continueraient toujours d’espérer le défenseur de Valenciennes, Nicolas Isimat-Mirin. L’Equipe explique ce vendredi que les dirigeants du LOSC ont , effectivement, repris contact avec leurs homologues nordistes. La direction du VAFC ne serait plus contre un départ de leur joueur, mais en échange de 5 millions d’euros et d’un prêt de 6 mois, d’après Le 10 Sport.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.