La FIFA enquête sur le transfert de Pogba

Les Football Leaks continuent de faire des victimes, et l’une d’elles pourrait bien être Paul Pogba. Plus précisément, c’est son agent Mino Raiola qui est visé, lui qui aurait au passage grapillé 45 millions d’euros de commissions lors de son transfert faramineux de la Juventus vers Manchester United l’été dernier. 

Des chiffres hallucinants

Déjà, au moment du transfert, certains chiffres dingues avaient fuité. Celui du montant de son transfert, déjà, pour 105 millions d’euros (+5 de bonus). Son salaire ensuite : 10 millions par an, puis 13 millions à partir de septembre prochain.

Il y a aussi différents bonus (2,2 millions par qualification en C1, 1.16 millions en cas de Ballon d’or), et les 3 millions payés par Manchester pour exploiter l’image de Pogboom.

Un agent « mafieux »

Ferguson le « déteste depuis leur première rencontre », Ibrahimovic, un de ses clients, en a entendu parler comme d’un « mafieux », bref, Mino Raiola est ce qu’on appelle communément une crapule. Gérant les intérêts de Pogba (apparemment plus financiers que sportifs au vu de la saison du Français comparée à celle de la Juve), il en profiterait pour se remplir les poches.

Ainsi, il est soupçonné de conflits d’intérêts : il aurait négocié pour les trois parties en même temps, sans que celles-ci soient au courant. Ce qui lui aurait permis de récupérer 27M€ de commission de la Juve et 22M€ de Manchester. Soit un total de 45 millions d’euros, l’équivalent du budget du Stade Rennais, ou près de cinq fois le salaire de Pogba…

La FIFA enquête, mais dans la difficulté

Si la Fédération a décidé d’enquêter, c’est d’abord parce que les révélations ont fait du bruit dans les médias : les football leaks résultent d’une enquête commune de nombreux journaux, dont Mediapart en France.

Mais elle est elle-même prise dans des affaires de ce type, que ce soit les accusations de corruptions contre son ancien président Sepp Blatter, les premières insinuations envers le nouveau président Gianni Infantino et le non renouvellement du mandat des deux patrons de la commission d’éthique chargés de lutter contre… la corruption, laissant « des centaines de cas encore en instruction ».

Bref, un beau bordel qui n’est pas prêt d’être réglé.


Cette news Juventus / Juve t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter

Télécharger l'appli Actu News
et Transferts du Mercato

phone-tablet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *