« Jouer comporte des risques : endettement, dépendance... Appelez le 09-74-75-13-13 (appel non surtaxé). »

Les paris sportifs en 2020

C’est un tout monde qui s’envole. Alors qu’une décennie se termine et qu’une nouvelle prend son envol, nous sommes à l’heure des grands changements dans le secteur des paris sportifs. Et plus particulièrement sur le marché français en ligne. L’Autorité de Régulation des Jeux En Ligne va être supprimée, pour être remplacée par une autre entité plus indépendante. Quant aux options de paris sportifs, les dernières volontés de l’autorité nationale seront-elles gardées ? Le football féminin sera-t-il vraiment valorisé par les bookmakers en France ? L’année 2020 s’annonce déjà surprenante !

Suppression de l’ARJEL…

Cela semble être la grande décision de la nouvelle décennie. Comme il y a dix ans, lorsque sous le gouvernement de Sarkozy et Fillon, il a été décidé d’ouvrir le marché des paris sportifs en ligne aux bookmakers étrangers, une nouvelle vague semble nous enivrer, sans vraiment savoir si elle va nous faire chavirer. C’est à la fois excitant, un bon coup d’adrénaline, et un peu flippant. Et si c’était pire qu’avant ?

L’herbe est toujours plus verte ailleurs. C’est sûr, mais si c’est pour se retrouver avec un terrain vague, le jaune pisse de notre pelouse était assez confortable. Quoi qu’il en soit, l’Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) va bel et bien fermer ses portes. Cette décision entreprise au mois d’octobre a créé une vague impensable, mais moindre que la privatisation de la Française Des Jeux (FDJ).

Par cette annonce, nous sommes encore tout bouleversoyé… Enfin vous voyez, on en perd nos maux ! Elle va sacrément nous manquer cette petite bête là, cette petite tête de turc. Nous savions que dès qu’un coup de moins de bien s’en faisait ressentir, on frappait exactement là où ça fait mal, et ça soulage. Mais là, qui va nous redonner nos heures de gloires dans la satyre et dans le sarcasme ? Une entité dont on ne connaît même pas le nom secret. C’est vraiment ça qui nous fait peur au fond. Les petites choses auxquelles on s’habitue, nous finissons par les détester, avant qu’elles viennent à nous manquer dès qu’elles ne font plus partie de nous. Adieu ARJEL, et merci pour tout !

… Par une entité plus indépendante

À l’orée de cette nuit nous faisant basculer en 2020, au cœur d’une nouvelle décennie où nous perdons tous nos repères, voilà que le secteur des paris sportifs en est lui aussi tout bouleversifié (argh, ça nous reprend). Alors dès cette nuit, 00h01, l’Arjel n’est plus. Bon en même, pas plus tard qu’au milieu de cette année, il en est qui se demandait à quoi elle servait. Mais c’est pas une raison. On a tous une petite chose, un petit objet, qui est là, présent, que l’on ne regarde même plus, mais qui nous gêne toujours pour ouvrir un tiroir. Et comme un réflexe, on peste dessus avant de le replacer exactement là où il était. Juste parce qu’on s’y est habitué.

Alors bye-bye l’arjel, bonjour l’ANJ (Autorité Nationale des Jeux). Bouhhh, c’est nul comme nom. Les paris sportifs en 2020 sont donc régulés par l’ANJ. Mais le poker aussi soumis à l’ANJ. Et les courses hippiques également sous le contrôle de l’ANJ. Angie, where will it lead us from here ?

Il en est qu’une qui a la réponse à cette question, c’est Isabelle Falque-Pierrotin. Ancienne présidente de la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés). Une dame qui connaît son affaire normalement. Mais à côté de cela, les 55 mêmes fonctionnaires opérant du temps de l’Arjel reviennent aussi aux affaires. À la bonheur. Encore de riches idées à venir donc. Ils sont même nommés pour 6 ans de suite, avant de reprendre place, parce qu’il faut dire aussi qu’il n’y a pas beaucoup de volontaires.

Mais l’ANJ qui avait été annoncée en octobre par Benjamin Grivaux comme plus indépendante, devra concerter les ministères du budget et même de l’agriculture (pas de blague) dans le cadre des paris sportifs. Bon pour le football, on imagine que c’est pour limiter les pesticides, préserver l’intégrité des joueurs, mais en ce qui concerne les parieurs, c’est davantage favoriser l’alimentation bio ? Quoi qu’il en soit, nous avons comme l’impression que pour les paris sportifs, l’Arjel ne va pas nous manquer très longtemps en 2020, l’ANJ reprend fièrement flambeau. Alors qu’elle n’a encore rien décidée.

Nouvelles cotes pour les paris sportifs en ligne

Alors que les paris sportifs en 2020 vont devoir s’en remettre à l’ANJ dès minuit, sauf coupette de champagne de trop pour les 56 fonctionnaires, il était une décision des plus cruciales qui avait été entreprise au premier trimestre 2019 par l’ARJEL. La dernière empreinte qu’elle nous laissera. Et celle-là, elle va nous ravir si elle est maintenue. On la gardera dans notre coeur à tout jamais.

Si aux paris sportifs, vous étiez coutumier de parier sur le vainqueur de chaque rencontre, de tenter une mise sur un buteur au cours des 90 minutes, et de combiner plusieurs options sur ces deux faits de jeu, désormais, toutes les actions devraient être susceptibles de faire l’objet d’un pari sportif en 2020. Au cours du premier trimestre, à moins que ce ne soit pas avant le printemps, la donne a changé autour du football.

Pour tous les fans de foot, la concrétisation d’un but ne peut-être que le fruit d’une action collective, d’une dernière passe, d’un centre réussi ou d’un arrêt raté du gardien. Voire peut-être même la double peine avec un carton rouge et un pénalty. Alors désormais, vos paris sportifs peuvent se porter sur tous ces faits de jeu. Cartons jaunes, cartons rouges, centres réussis/ratés, passes réussies/ratées, arrêts, tirs cadrés/hors-cadre, fautes sifflées, hors-jeu signalés, … . En bref, vous l’aurez compris, autant d’évènements qui consistaient avant de s’en jeter un, et désormais de mettre un pari sportif en 2020. Mais quelle incroyable décennie si cette décision venait à être maintenue. Nous ne sommes pas à l’abri que le ministère de l’agriculture y mette son véto.

Le football féminin plus valorisé

La définition des nouvelles cotes 2020 sur les paris sportifs en ligne va réjouir bon nombre de supporters. C’est autant de chance de perdre… euh de gagner de l’argent bien sûr. L’ANJ ne devrait pas trop s’entâcher de ralentir le processus, la priorité restera de mettre des avertissements par-ci par-là, d’épingler quelques casinos véreux qui prennent place sur internet quand des dizaines d’autres sont là depuis 10 ans.

Mais la véritable annonce aussi de l’Arjel en début d’année 2019 et qui sera effective courant 2020 pour les paris sportifs, c’est le football féminin. Après le retentissant élan populaire au cours du mondial, il faut dire aussi que les médias n’en ont jamais autant parlés (quand on veut, on peut), de nouvelles opportunités sont aussi à découvrir sur la discipline. La Ligue 1 de football féminin n’aura pas encore ses droits d’entrée sur les bookmakers en ligne français, mais les paris sportifs en 2020 sur la Champion’s League féminine est bien actée. Les lyonnaises habituées à la compétition seront le bon placement. Même si le pari a déjà été approuvé par Jean-Michel Aulas.

Nos paris sur les paris sportifs en 2020

Avec des paris sportifs 2020 totalement chamboulés, que ce soit par la présence de l’ANJ qui fera ses gammes, et voudra dès son entrée imposer sa marque de fabrique, sa puissance, avant de s’éteindre gentiment comme sa prédécesseure, il est fort à parier qu’un joli petit monde du jeu et de la passion ne s’écroule. Et que des privatisations à la pelle s’en suive. Enfin c’était déjà le cas !

2020, sur le terrain des paris sportifs, nous réserve aussi des belles choses. Que Casemiro se fasse expulser lors du prochain Clasico, cote à 1,30. Que Kroos réussisse une touche, cote à 15. Que Presnel Kimpembe provque un pénalty sur une faute de main à la 90e et prenne un rouge, cote à 2. On va sacrément s’amuser. Et avec les bonus qui iront avec, cotes boostées sur les expulsés, ça sera encore plus encore jouissif. Sans parler du football féminin avec la Ligue des Champions qui vous offrira une seconde chance de poids. On imagine déjà les cotes à 1,35 sur un 7-0 au cumul des scores.

En résumé, il est fort à parier pour 2020 que tout ce système finisse par nous dépasser complètement, que les autorités et autoritaires en placent s’empressent d’être réélus et de fermer les yeux sur certains faits, sans oublier que les joueurs vont trinquer avec quelques mises aussi abstraites qu’in-pronosticables rencontres après rencontres. Mais tout cela bien sûr, c’est sous couvert de la passion pour le football !

par :