US

Cortes et Tevez à l’Inter? Chivu et Pandev partants?

par

Libre à l’issue de la saison, Cristian Chivu aurait l’opportunité de retourner dès janvier dans son ancien club, l’Ajax Amsterdam, si l’on en croit Frank de Boer, l’entraîneur du club néerlandais. « Tout dépendra de la situation de Jan. Mais s’il nous quitte, Chivu constitue notre plan B  » a-t-il indiqué.

Néanmoins, il semblerait qu’un retour en Hollande ne soit pas d’actualité pour cet hiver, mais peut-être pour l’été prochain. C’est ce qu’a certifié son agent Victor Becali à TMW : « Il n’y a jamais eu de contacts avec l’Ajax. Christian n’ira donc pas là-bas en janvier prochain et il n’y a qu’une offre colossale qui pourrait le faire quitter l’Inter avant l’expiration de son bail. »

Pour le remplacer, les Nerazzurri pourrait se pencher sur le dossier de Bruno Cortes, actuellement à Botafogo. Concernant son prix, son agent a révélé que  » Botafogo demande 8 millions d’euros« . Néanmoins, l’Inter devra faire face à « a plusieurs équipes (également) intéressées » et au fait qu’il « n’a pas de passeport européen. »

Mis à part Chivu, la direction intériste pourrait bien ne pas revoir l’international macédonien, Goran Pandev, avec la tunique du club. En effet, ce dernier est, en ce moment, en prêt du côté de Naples et pourrait à l’issue de son aventure Azzurri rejoindre soit Tottenham, soit Séville, comme l’affirme Itasport.

Quoi qu’il en soit, Pandev devrait laisser une place de libre en atttaque et l’avenir incertain de Milito à San Siro devrait obliger la direction lombarde à recruter un attaquant. Un buteur qui pourrait être Carlos Tevez (City) qui est la priorité numéro 1 des milanais. Une offre de 35 millions de dollars pourrait d’ailleurs être transmise dès l’ouverture du mercato hivernale.

Retrouvez toute l'actu mercato de Manchester City

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.