MD

Nainggolan : « Je hais la Juve ! »

par

Le milieu Belge de la Roma Radja Nainggolan est un cas à part dans le football actuel. Fumeur invétéré, il ne garde jamais sa langue de sa poche. C’est encore le cas dans une discussion sans filtre avec des supporters Romanista, dans laquelle il n’hésite pas à dire sa haine de la Juventus, ou de déclarer son indifférence pour la légende Totti. Une clope à la main, bien entendu.

Sa haine de la Juventus

Il accuse notamment les Turinois d’être favorisés par les arbitres, gagnant toujours grâce à des pénaltys ou coups francs. Répondant à une question d’un supporter, il affirme que cette haine date de son enfance, et qui s’est exacerbée durant son passage à Cagliari. Au point de refuser d’y signer.
« La Juventus a un jour voulu me signer mais j’ai directement refusé. Je hais la Juventus depuis que je suis né. Même quand je jouais à Cagliari, je voulais tout le temps les battre. J’aurais donné mes c*** pour les battre. Ils gagnent tout le temps grâce à des cadeaux des arbitres ».

La vraie raison de sa signature à la Roma

C’est pourquoi il a décidé de signer à la Roma : pour enfin battre les Juventini. Il espère ainsi remporter le championnat ou la coupe d’Italie, pour le plaisir de les voir perdre.
Je suis venu à Rome pour gagner quelque chose contre la Juventus. Si nous ne gagnons pas le Scudetto, nous gagnerons la Coupe d’Italie, je vous le dis. »

La Roma, un moyen pour arriver à ses fins ?

A un tifoso lui déclarant qu’il pourrait devenir le nouveau Totti, il a même déclaré ne pas le désirer! Ce qui, pour un Romanista, équivaut à critiquer Dieu. Tout ce qui compte, c’est de battre la Juventus ! Avant de signer à l’OM ?

Retrouvez toute l'actu mercato de AS Roma

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.