« Jouer comporte des risques : endettement, dépendance... Appelez le 09-74-75-13-13 (appel non surtaxé). »

Milan AC : la malédiction des n°9

Numéro symbolique d’un club qui l’est tout autant, le numéro 9 semble être un numéro bien lourd à porter depuis des années.

Milan AC : la malédiction des n°9

A Manchester United, le numéro 7 est un numéro historique, porté par les plus grands noms du club. Toutefois, depuis le départ de Cristiano Ronaldo en 2009, ses successeurs ont eu du mal à le porter : Antonio Valencia, Michael Owen, Memphis Depay, Angel Di Maria, Alexis Sanchez… Tous s’y sont cassés les dents.

Au Milan AC, la tradition du numéro 9 est sans doute moins prégnante. Toutefois, il semble qu’une malédiction semble aussi toucher ce numéro depuis quelques années. Entre 2001 et 2012, le numéro 9 a été la propriété de Filippo Inzaghi, qui l’a porté avec brio, représentant l’essence même du renard des surfaces, espèce en voie de disparition aujourd’hui.

C’est avec ce numéro qu’il a notamment remporté la Ligue des Champions en 2007, inscrivant au passage un doublé victorieux. Une fois Super Pippo parti à la retraite, il a fallu lui trouver un successeur. Et la tâche s’est avéré plus ardue que prévue.

Neuf numéro 9 en neuf ans

Depuis 2012, neuf joueurs ayant porté le numéro 9 se sont succédés au Milan AC. Il s’agit de Pato, Alessandro Matri, Mattia Destro, Fernando Torres, Luiz Adriano, Gianluca Lapadula, André Silva et Gonzalo Higuain. Le dernier en date ? Krzystof Piatek, qui depuis quelques jours est un joueur du Herta Berlin.

S’il s’agit pour la plupart de grands noms ou au moins de buteurs patentés, on ne peut pas dire qu’ils aient tous marqués l’histoire du club. Hormis Alexandre Pato et Alessandro Matri, formé au club, les attaquants suivants n’ont jamais passé plus de deux saisons au club (deux ans et demi pour Luiz Adriano). De même, aucun d’eux n’a disputé plus de 50 matchs ni dépassé les 30 réalisations.

A la recherche d’un grand attaquant

Tout comme cela a été le cas pour l’Olympique de Marseille sur les récents mercato, le Milan AC est aussi à la recherche de son grand attaquant, et ce depuis plusieurs saisons. Arrivé avec une étiquette de goleador lors de ses six mois au Genoa, Krzystof Piatek a connu six bons mois au Milan AC la saison dernière, avant de baisser de pied à l’entame de cette saison. Une trajectoire que d’autres avant lui ont suivi. Evidemment, le contexte sportif autour du Milan, dont la méforme sur la décennie écoulée est difficile à masquer, n’a certainement pas aidé ces joueurs à trouver de la stabilité.

Dans les faits, l’attaquant référencé du Milan aujourd’hui est son numéro 21, Zlatan Ibrahimovic, revenu en grande pompe en Lombardie. Derrière, Rafael Leao est lui porteur du numéro 17. Derrière ? Le néant, puisque les deux autres attaquants sont Samuel Castillejo et Ante Rebic, qui sont davantage des ailiers.

Dixième du classement de Série A, l’équipe de Stefano Pioli est la quinzième attaque du championnat, avec 25 buts inscrits. Presque deux fois moins que son rival (48) et autant que le seul Ciro Immobile, auteur d’une saison remarquable avec la Lazio Rome. Autant dire qu’un attaquant qui met des buts ferait le plus grand bien à l’équipe, d’autant plus que Théo Hernandez a longtemps tenu ce rôle.

Cependant, lorsque l’on regarde le bilan sportif et économique de l’illustre club milanais, on se demande si le septuple détenteur de la Ligue des Champions trouvera un numéro 9 d’envergure dans les années à venir, et surtout qui s’inscrira dans la durée.

par :

Tombé dans la grande marmite du football en 2006, je souhaite partager ma passion magique pour le ballon rond à travers mes écrits.

Cette news Milan AC t'a plu ?
Abonne-toi à notre newsletter