FR

EDF : Le bilan à tirer de ce premier rassemblement des Bleus en 2020

par

C’était le retour des Bleus en cette année 2020. Pour son entrée en lice en UEFA Nations League, la France s’en est tirée avec deux succès face à la Suède (1-0) et la Croatie (4-2). Didier Deschamps a eu le temps d’expérimenter, à moins d’un an de l’Euro 2021. Plusieurs enseignements sont à tirer de ce rassemblement tricolore.


Un 3-5-2 qu’il faut continuer à travailler

Déjà utilisé face à l’Albanie au mois de novembre 2019, Didier Deschamps a décidé de reconduire son 3-5-2 pour ces deux premières rencontres de l’UEFA Nations League. Avec ce dispositif, les Bleus n’ont pas livré totale satisfaction, lors de leurs sorties. S’étant toutefois montré très solide face à la Suède, les joueurs tricolores ont eu beaucoup plus de mal lors de leur réception de la Croatie.

Des difficultés qui peuvent s’expliquer par les nombreuses rotations effectuées par Didier Deschamps, entre les deux matches. Le sélectionneur tricolore a notamment choisi de faire souffler Raphaël Varane, lors du succès face à la Croatie (4-2). De quoi apporter un peu moins de garanties dans son arrière-garde, avec l’absence de son leader défensif.

L’animation offensive sera également à revoir, en cas de maintien du 3-5-2. La France a pu compter sur un exploit de Kylian Mbappé, lors de son premier match, puis a eu énormément de mal face à la Croatie, en l’absence de sa star parisienne. Bien qu’ayant inscrit 4 buts lors de ce second match, les Bleus ont notamment profité d’une fin de première période assez folle pour inscrire deux buts, avant de se montrer prolifique sur corner, puis sur penalty.

Des premières réussies pour Upamecano et Camavinga

On avait hâte de voir le sang-neuf insufflé par Didier Deschamps, pour ce rassemblement. Très convaincants ces derniers mois, Dayot Upamecano et Eduardo Camavinga ont eu le droit à leur première cap avec les Bleus. Le premier cité a d’ailleurs disputé l’intégralité des deux rencontres, au sein de la défense centrale tricolore.

Solide dans les duels et bon à la relance, le défenseur du RB Leipzig s’est également offert son premier but en sélection. Alors que la France et la Croatie étaient à égalité (2-2), le jeune talent de 21 ans a profité d’un corner frappé par Antoine Griezmann, pour reprendre le cuir de la tête et tromper la vigilance du portier adverse.

De son côté, Eduardo Camavinga n’a eu le droit qu’à une trentaine de minutes, lors du match face à la Croatie. Mais quelle entrée en jeu pour la pépite du Stade Rennais ! Loin d’être tendu par l’événement, le milieu de terrain s’est montré percutant et très bon à la récupération. Des joueurs que Didier Deschamps ne devrait pas manquer de revoir dans les prochains mois, et pourquoi pas dans le groupe France de l’Euro 2020.

Un retour remarqué pour Adrien Rabiot

Ce fut l’une des grandes surprises de la liste de Didier Deschamps. Très bon avec la Juventus lors du dernier exercice, Adrien Rabiot a eu le droit de goûter de nouveau à la sélection tricolore. Après son refus de faire partie des réservistes lors de la Coupe du Monde 2018, le milieu de terrain a attendu plus de 2 ans pour rejouer avec la France.

Titularisé lors de la première journée face à la Suède, le joueur de 25 ans n’a pas réalisé un match flamboyant. Il a surtout profité de l’excellent match de N’Golo Kanté, pour livrer une prestation correcte. Difficile de penser qu’il a marqué des points auprès de son sélectionneur. Une chose est certaine, on est déjà pressé de connaître la prochaine liste de Didier Deschamps au début du mois d’octobre pour savoir s’il sera de retour ou non !

 

View this post on Instagram

 

1er match de 2020, 1ère victoire 🇫🇷☑️ #fiersdetrebleus #nationleague #SUEFRA

A post shared by Adrien Rabiot (@adrienrabiot_25) on

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.