« Jouer comporte des risques : endettement, dépendance... Appelez le 09-74-75-13-13 (appel non surtaxé). »

OM : Alvaro Gonzalez revient sur son arrivée à Marseille et ses bons débuts

Le défenseur espagnol a réussi ses premiers pas avec les Phocéens.

OM : Alvaro Gonzalez revient sur son arrivée à Marseille et ses bons débuts

Recrue surprise du mercato estival de l’OM, Alvaro Gonzalez montre de belles choses depuis ses premières minutes sous le maillot olympien. De quoi former une charnière centrale intéressante avec le jeune Boubacar Kamara.

Interrogé par RMC Sport, le défenseur arrivé en provenance de Villarreal cet été est revenu sur ses débuts à Marseille. Tout d’abord, le joueur de 29 ans a expliqué en détail les raisons de son départ d’Espagne après six années à évoluer en Liga.

« A la base, je n’avais pas en tête de quitter Villarreal où je venais de passer trois ans. Je m’y sentais bien, j’allais devenir capitaine et m’installer comme quelqu’un d’important dans ce club. Mais j’avais besoin d’évoluer, dans ma vie et ma carrière. Comme une envie de changer d’air et de relever un nouveau défi. J’en ai parlé à mon agent, puis nous avons su, grâce à Andoni Zubizarreta que l’OM recherchait un défenseur central d’expérience » a confié le natif de Potes avant d’ajouter : « C’était le bon moment de sortir de cette « zone de confort ». Et quoi de mieux qu’une terre de football comme Marseille pour vivre une nouvelle aventure? Andoni me connaissait bien, avec ces neuf années durant lesquelles j’ai évolué en Liga. J’ai parlé avec le « Mister » (André Villas-Boas) qui m’a expliqué ce qu’il attendait de moi: du caractère, de l’expérience et le sens tactique appris en Espagne. »

Après un premier match passé sur le banc, Gonzalez a été lancé dans le grand bain de la Ligue 1 par son entraîneur portugais et doit très vite s’adapter pour combler les lacunes défensives marseillaises. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Ibérique impose rapidement ses qualités dans l’axe phocéen.

« Je dois marquer mon territoire. C’est sûrement ce que l’on a pu voir lors des trois premiers matches que j’ai joués. On n’y célèbre pas que les buts. Entendre le public s’enthousiasmer pour un duel gagné, un tacle, une anticipation, cette manière de valoriser aussi bien les gestes défensifs qu’offensifs, c’est important et ça donne encore plus de confiance. J’aime la manière dont on vit le football ici » a expliqué le joueur formé au Racing Santander qui semble être tombé sous le charme des enceintes et des ambiances à la française.

« Ce qui m’a le plus surpris, c’est la passion pour le football que j’ai vue dans les stades. J’ai connu deux matches au Vélodrome. Le dernier contre Saint-Étienne est sûrement la plus belle ambiance que j’ai connue dans un stade. Les deux matches à l’extérieur, à Nice et Nantes, m’ont aussi surpris en termes d’atmosphère. C’était chaud et intense. Et donc très motivant pour nous sur le terrain. Steve (Mandanda) est aussi un joueur qui m’a beaucoup impressionné depuis que je suis arrivé. (…) Il connaît Marseille et le club mieux que personne et on doit être à son écoute, Steve est très important pour notre équipe » a déclaré le numéro 3 de l’OM qui n’a pas oublié de lancer quelques fleurs à son capitaine et gardien.

Comme son coéquipier et avant-dernière recrue Dario Benedetto, Alvaro Gonzalez est train de s’imposer rapidement comme le nouveau chouchou du public du Vélodrome.

par :