US

Un point sur la vente de l’ASSE

par

On est encore loin d’une vente.Un point sur la vente de l’ASSE

Aucune surprise, l’AS Saint-Etienne est officiellement en vente et plusieurs prétendants seraient à l’affût.

D’ailleurs, un quatrième possible acheteur aurait fait son apparition sur ce dossier avec des fonds venant d’Amérique du Nord, selon ButFootballClub.

A l’heure actuelle, il n’y aurait pas beaucoup plus d’information sur cette piste, contrairement à celle menant au prince cambodgien, Norodom Ravichak.

Selon le journaliste du site Warning-Trading, Philipe Miller, Ravichak ne serait pas seul et serait associé à des investisseurs chinois.

« D’après une source bien informée, Norodom Ravichak pourrait n’être qu’un partenaire financier minoritaire, voire ultra-minoritaire, dans ce projet de reprise, consistant essentiellement à permettre à des intérêts chinois de mettre la main sur un club français (…) Plus qu’un projet singulier et original, l’offre de Norodom Ravichak doit s’interpréter comme une tentative chinoise d’allonger la liste des acquisitions de biens stratégiques en France et en Europe. »

A noter que cette piste a perdu un peu de crédibilité auprès des supporters quand Le Progrès a expliqué que l’homme d’affaires de 47 ans échange depuis de nombreux mois avec les dirigeants de l’Olympique Lyonnais afin d’élaborer un partenariat au Cambodge.

La radio RMC croit toutefois savoir qu’aucun projet (Norodom Ravichak, Olivier Markarian et Terrapin Partners) ne serait pour l’instant  » considéré comme sérieux « .

Si Romeyer serait pressé de vendre, Caiazzo lui essayerait d’en tirer le meilleur prix possible tout en gardant une place de décideur, ce qui freinerait les investisseurs.

Retrouvez toute l'actu mercato de AS Saint-Etienne / ASSE

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.