US

Stade Rennais : Nicolas Holveck évoque les dossiers chauds du mercato

par

Le président du Stade Rennais a tenu à faire une mise au point sur le mercato.

En ce moment, la formation Stade Rennais a plusieurs dossiers à régler en vue du mercato. En passant d’Eduardo Camavinga à M’Baye Niang sans oublier Serhou Guirassy ainsi que Mohamed Salisu et Tanguy Kouassi, le président Nicolas Holveck a tenu à faire un mise au point mercato en conférence de presse.

Concernant Eduardo Camavinga

«On arrive après une crise incroyable. Quand vous écoutez les grands clubs, je ne suis pas certain que cet été, il y ait de grands mouvements. Le prix fixé pour Eduardo Camavinga ? On a fixé qu’il reste avec nous cette saison parce que nous sommes ambitieux. C’est un garçon réfléchi, il sait où est son intérêt sportif.»

Concernant M’Baye Niang

«Il y a beaucoup d’intérêts, mais on n’a reçu aucune proposition pour Mbaye et même pas un coup de téléphone de l’OM. Certes il a fait part de son envie d’évoluer sous d’autres cieux, mais pas de manière aussi véhémente que la presse a pu le dire. On travaille uniquement sur les arrivées, donc ce n’est pas du tout l’idée (de chercher à le remplacer, ndlr).»

Concernant Serhou Guirassy

«Serhou Guirassy veut venir à Rennes. On estime que dans le marché actuel, les 20 millions d’euros réclamés par Amiens sont trop élevés pour Guirassy. On va continuer les négociations.»

Concernant Mohamed Salisu et Tanguy Kouassi

«On a tout mis en oeuvre pour convaincre Mohammed Salisu mais a priori il veut partir en Premier League. On veut des joueurs qui veulent nous rejoindre. On ne va pas forcer les choses, a-t-il insisté. Tanguy Kouassi a préféré partir au Bayern Munich. C’est dommage pour nous, on a mis en oeuvre tout ce qu’on a pu.»

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.