US

Samuel Gigot pourrait bien jouer en Ligue 1 !

par

Samuel Gigot pourrait enfin découvrir la Ligue 1.Samuel Gigot pourrait bien jouer en Ligue 1 !

Exilé depuis son départ d’Arles Avignon en 2015, le latéral gauche Samuel Gigot pourrait faire son retour en France.

D’ailleurs, celui qui n’a connu que la Ligue 2 au niveau professionnel pourrait enfin découvrir l’élite du championnat tricolore.

Libre en juin prochain, l’actuel joueur du Spartak Moscou qui est également passé par La Gantoise, serait dans le viseur de plusieurs écuries comme l’Olympique de Marseille.

L’entourage de ce dernier a d’ailleurs confirmé au média Le Phocéen des discussions avec la formation phocéenne et d’autres.

« Oui, il y a clairement des discussions entre l’OM et Samuel, mais au même titre que Lyon ou d’autres. En revanche, aucun accord n’est conclu. (…) Il est effectivement suivi par de nombreux clubs en France, mais aussi en Italie, en Angleterre et en Allemagne, a précisé le membre de l’entourage du joueur. En France, on peut dire qu’il s’agit de toute la première partie de tableau hors PSG, et à l’étranger, ce ne sont que des Tops 6. Mais à 28 ans, Samuel aimerait bien rentrer en France et goûter enfin à la Ligue 1. »

Quoi qu’il en soit un départ cet hiver a été totalement écarté.https://twitter.com/AnalyticsFoot/status/1486335802460278787?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1486335802460278787%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_c10&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.foot01.com%2Fequipe%2Fmarseille%2Fom-ol-l-entourage-de-samuel-gigot-confirme-une-lutte-acharnee-396255

 

Retrouvez toute l'actu mercato de Olympique de Marseille / OM

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.