US

PSG : Pastore toujours sur le départ ?

par

Alors que tout semblait bien engagé dans ce dossier, le départ de Javier Pastore du Paris Saint-Germain pourrait finalement être avorté. C’est en tout cas ce que révèlent plusieurs médias italiens ce mercredi.

Après que son agent ait entretenu le flou sur son avenir, son coach, Unai Emery, a répété mardi soir après la victoire parisienne contre Rennes que l’Argentin avait toujours la possibilité de partir :

Aujourd’hui, j’ai encore parlé avec lui à l’hôtel pour savoir s’il avait la tête à jouer, il m’a dit oui. Je suis content de son travail. Il m’a dit qu’il a la possibilité de partir mais qu’il va continuer avec nous

Mais ce transfert se montre plus compliqué qu’il n’y parait. Car si l’Inter Milan ne lâche rien, comme le confirme la Gazetta dello Sport ce matin, le club italien a dû mal à s’accorder avec le PSG.

Les deux clubs ne sont en effet pas d’accord sur les modalités du transfert. Si l’Inter veut un prêt, les Parisiens souhaitent eux y ajouter une option d’achat obligatoire.

Selon les sources en Italie, on parle d’un prêt payant de 5 millions d’euros, auquel Paris veut ajouter une option d’achat obligatoire de 25 millions d’euros. Des exigences auxquelles le club milanais peine à répondre.

L’Inter est en effet dans le collimateur de l’UEFA par rapport au fair-play financier. Pas question donc de réaliser un trop gros écart financier. D’autant que le club attend aussi de voir si Marcelo Brozovic partira du côté du FC Séville.

Son entraîneur, Luciano Spalletti, bloque pour le moment le transfert du croate. Plusieurs obstacles qui font douter du fait que El Flaco signera en Italie d’ici ce soir. Mais selon la Gazetta dello Sport, l’Inter « va tout faire » pour qu’il vienne.

Retrouvez toute l'actu mercato de Paris Saint-Germain / PSG

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.