US

PSG : Neymar n’ira pas au clash pour rejoindre Barcelone

par

Bartomeu ne devrait pas compter sur l’article 17 de la FIFA pour le mercato du Barça.

PSG : Neymar n’ira pas au clash pour rejoindre Barcelone

Le Barça rêve toujours de faire revenir Neymar en Catalogne et serait prêt à faire le forcing pour surmonter l’intransigeance des dirigeants du Paris Saint-Germain. Les catalans ont même bâti une stratégie pour sceller un transfert.

Parmi les trois voies possibles pour faire plier le PSG, l’une d’elles consistait à demander à la FIFA de déterminer une clause libératoire avec un prix pour le joueur. Ce type de clause n’est pas autorisé en France mais, l’article 17 du règlement de l’institution internationale permet aux footballeurs de rompre leur contrat avec leur club après trois années sans prolongation. En 2006 Andy Webster avait déjà utilisé cette loi pour rejoindre Wigan.

Cependant selon Sport, Neymar ne compterait pas utiliser ce stratagème car le prix fixé par la FIFA pourrait jouer en défaveur d’un transfert. Le FC. Barcelone estime que la clause du Brésilien pourrait atteindre les 180 millions d’euros. Ce qui compliquerait considérablement l’opération au regard de l’actuelle situation financière du club catalan qui pourrait même se détériorer à cause de la crise sanitaire actuelle.

Bartomeu préfèrerait négocier directement avec le PSG pour réaliser un transfert simple avec la possibilité d’échelonner les paiements sur plusieurs années et inclure dans des joueurs dans l’opération. Antoine Griezmann est le joueur que le club pense inclure dans l’opération mais le Français a fait part de son désir de rester encore longtemps.

Retrouvez toute l'actu mercato de FC Barcelone / Barca

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.