US

OM : un départ n’est pas à exclure pour Dimitri Payet

par

Ce ne devrait pas être pour cet hiver, mais un transfert pour cet été est possible.

OM : un départ n’est pas à exclure pour Dimitri Payet

Redevenu performant cette saison, Dimitri Payet fait partie des joueurs qui brillent avec l’Olympique de Marseille version André Villas-Boas.

S’il a été déchargé du rôle de capitaine, l’international français a endossé à nouveau le rôle d’arme offensive principale de son club. Avec 5 buts et 3 passes décisives, Payet se montre décisif, notamment sur les derniers matchs, face à l’OL ou encore Bordeaux.

Un regain de forme qui a même fait dire à son entraîneur que tout cela pourrait lui permettre de s’ouvrir à nouveau les portes de l’Equipe de France. Avant cela, il lui faudra toutefois trouver de la régularité jusqu’à la fin de la saison. Et ensuite ?

Un départ possible l’été prochain

L’avenir de Dimitri Payet au club reste incertain, selon l’Equipe. La fin de saison de l’OM pèsera lourd dans la balance qui régira l’avenir du numéro 10. Une qualification en Ligue des Champions incitera certainement ce dernier à rester.

L’aspect financier rentrera également en compte. Dimitri Payet jouit de l’un des salaires les plus élevés du club (600 000 euros brut mensuels avec les primes toujours seon le quotidien français). Un revenu coquet, mais qu’il pourrait chercher à gonfler en allant ailleurs.

Après avoir été lié à des clubs chinois au mercato précédent, c’est le Besiktas Istanbul qui serait fortement intéressé par les services de l’ancien joueur de l’ASSE et du LOSC.

Cependant, tout cela reste pour l’instant de l’ordre de la rumeur mercato, et la bonnne saison olympienne rend un transfert de Payet difficilement envisageable.

Retrouvez toute l'actu mercato de Olympique de Marseille / OM

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.