US

OL : Aulas évoque les dossiers chauds du mercato

par

Le président de l’OL a notamment évoqué les cas Karl Toko-Ekambi et Moussa Dembélé.

OL : Aulas évoque les dossiers chauds du mercato

L’Olympique Lyonnais est toujours au coeur de l’actualité mercato, puisque le club est à la recherche de plusieurs joueurs pour renforcer l’effectif.

Présent à la cérémonie des voeux de l’Olympique Lyonnais et de l’ASVEL aux côtés de Tony Parker, Jean-Michel Aulas en a profité pour faire le bilan du mercato, une semaine après l’ouverture de la période des transferts, dans des propos relayés sur le site du club.

« On va essayer de se renforcer. (…) Le conseil d’administration a décidé de le faire mais pas à n’importe quel prix et pas dans n’importe quelle situation. On ne fera que des opérations qui correspondent à ce que souhaitent le directeur sportif, les conseillers et l’entraîneur. »

Si aucun budget ou profil n’a été défini par le président du club rhodanien, l’OL devrait se donner les moyens de ses ambitions lors de ce mercato hivernal.

« JMA » en a profité pour aborder le cas Karl Toko-Ekambi, récemment évoqué dans les rumeurs mercato ainsi que celui de Moussa Dembélé, fortement courtisé.

« On a des nouvelles concernant Toko-Ekambi et ce ne sont pas des bonnes nouvelles. Vincent Ponsot et Florian Maurice sont encore en Espagne mais pour une autre opération (…) Moussa Dembélé ne partira pas car il a envie de rester et de gagner quelque chose avec l’OL. Il y a eu des offres pour lui et pour d’autres joueurs mais aucun de ceux qu’on veut garder ne partira au mois de janvier. »

La cible de cette mystérieuse opération n’a pas non plus été dévoilée. Qu’on se le dise, le mercato de l’Olympique Lyonnais n’en est qu’à ses prémices.

Retrouvez toute l'actu mercato de Olympique Lyonnais / OL

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.