FR

Nice : deux pistes françaises pour renforcer la défense ?

par

Nice : deux pistes françaises pour renforcer la défense ?

Les Aiglons multiplient les pistes pour dénicher un défenseur central cet hiver.

La priorité de l’OGC Nice pour cet hiver est le recrutement d’un défenseur central afin de pallier la longue absence sur blessure de Danté. Depuis maintenant plusieurs semaines, les Aiglons ont multiplié les pistes pour dénicher la perle rare.

Les noms de Pape Cissé (Olympiakos), Samuel Umtiti (FC Barcelone) et Mohamed Simakan (Strasbourg) ont récemment circulé. D’après le quotidien L’Equipe, les Niçois auraient coché deux nouveaux noms. Il s’agit de deux français qui ont peu de temps de jeu.

Deux anciens toulousains dans le viseur

Tout d’abord, il y a Issa Diop (23 ans). Sous contrat jusqu’en juin 2023 avec West Ham, ce dernier est peu utilisé cette saison par son entraîneur. Apparu à quatre reprises en Premier League, il pourrait envisager un départ. Un retour en Ligue 1 dans un club ambitieux pourrait le séduire. Une offre sous forme de prêt pourrait être transmise par Nice. Le Tottenham de José Mourinho aurait également un oeil sur lui.

Seconde piste française, il s’agit de Jean-Clair Todibo (21 ans). Annoncé comme un grand espoir lorsqu’il évoluait à Toulouse, le natif de Cayenne s’est complètement perdu en rejoignant le FC Barcelone. Prêté cette saison à Benfica, il devrait rapidement faire son retour au Barça. Le club lusitanien n’est pas satisfait des prestations du jeune français. Les Blaugranas ne comptent pas sur lui et devraient rapidement le placé sur la liste des transfert. Sa mise à prix serait de 12 millions d’euros.

Retrouvez toute l'actu mercato de OGC Nice

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.