US

Hatem Ben Arfa en Ligue 2… ou à l’étranger ?

par

Hatem Ben Arfa ne sait pas encore où il jouera, mais il sait où il ne veut pas aller.

Hatem Ben Arfa en Ligue 2… ou à l’étranger ?

Parmi les joueurs encore libre de tout contrat sur le marché, le cas le plus connu en France est certainement celui d’Hatem Ben Arfa.

Depuis la fin de son aventure à Rennes, le natif de Clamart ne s’est pas engagé en faveur d’un club. S’il disposait de quelques touches, celles-ci n’ont pas abouties, car « pas assez séduisantes » de son propre aveu.

Parmi elles, Le Havre aurait pu accueillir l’ailier gauche. Paul Le Guen était désireux de le faire venir, et le joueur n’avait pas rejeté frontalement la proposition.

Pour le site maligue2.fr, Vincent Volpe, président du HAC, est revenu sur ce dossier qui est toujours d’actualité.

« Je crois que ce n’est pas impossible qu’il joue encore en France, et même en Ligue 2 avec nous. Il adore Paul Le Guen et c’est réciproque. Le courant passe très bien. Reste que c’est plus compliqué, car la saison passe. Les contacts, il y en a, il y en avait. »

Mais il y a un mais. Si Volpe a évoqué le fait qu’il n’est pas impossible qu’il reste en France,  l’ancien joueur du PSG, de l’OL et de l’OM n’est visiblement pas très chaud à idée de rester dans l’Hexagone.

« J’ai du respect pour lui, et je l’aime bien. Il a vraiment envie de quitter la France pour des raisons personnelles. Il m’avait même fait comprendre qu’il était prêt à signer dans un club de D3 espagnol si l’opportunité se présentait. »

Si Le Havre possède une maigre chance de le signer, il est peu probable de voir le joueur de 32 ans, qui réglait encore son litige avec le PSG il y a quelques jours, porter un maillot de Ligue 1 ou de Ligue 2.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.