US

Ferhat veut retrouver la Ligue 1

par

Zinedine Ferhat souhaite revenir en Ligue 1.Ferhat veut retrouver la Ligue 1

Retenu par le Nîmes Olympique la saison passée, l’ailier Zinedine Ferhat n’a pas digéré son non transfert l’été dernier.

En effet, l’intéressé a de nouveau expliqué au média RMC qu’il souhaitait quitter les Crocos et notamment pour retrouver la Ligue 1.

« Après la descente du club en L2, je ne vais pas mentir, j’avais l’objectif de partir pour rester en L1, où je pense avoir fait mes preuves. Pendant le mercato, le président annonce un prix: 2,5 M€ pour me laisser partir. Un prix raisonnable qui convenait à tout le monde. Du jour au lendemain, le président a tout changé… et même là, le club a reçu une offre de 3,5 M€, qu’il a refusé ! La dernière semaine du mercato, je demande au président de me laisser partir, et il m’a répondu: « Ne t’inquiètes pas, c’est la fin, les clubs vont arriver avec des offres plus importantes. » Sauf que ce n’est jamais arrivé. J’ai perdu une année à cause de lui. Je ne lui pardonnerai jamais. (…) Je suis au top. J’ai suivi un programme et là je vais prendre quelques vacances pour oublier un peu. L’objectif désormais, c’est de tout casser. Je veux prouver que je suis encore là. J’ai une préférence pour la Ligue 1, justement pour cet état d’esprit de revanche. Je place la France comme priorité pour mon choix de club. On a commencé des discussions avec certains clubs ici et à l’étranger. Je prends mon temps, car j’ai 29 ans et je ne veux pas me tromper. Mais je suis motivé à 100%… J’ai plus de motivation à 29 ans que lorsque je suis arrivé en France à 23 ans. »

Son nom a récemment été cité du côte de Saint-Etienne.

Retrouvez toute l'actu mercato de Nîmes Olympique

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.