US

Amavi aurait un avenir à Nice, pas Mandanda !

par

Jordan Amavi pourrait poursuivre l’aventure à Nice.Amavi aurait un avenir à Nice, pas Mandanda !

Prêté en début de mercato à l’OGC Nice, Jordan Amavi pourrait ne jamais revenir à l’Olympique de Marseille.

En effet, le directeur du football des Aiglons, Julien Fournier, a expliqué dans des propos rapportés par Nice-Matin que l’ancien joueur d’Aston Villa pourrait être conservé à l’issue de la saison.

« Tout d’abord, concernant Jordan, on ne le prend pas comme un pansement pour quatre, cinq mois. Il y a toujours l’idée et l’envie de continuer l’aventure ensemble par la suite. On verra en fin de saison nos possibilités et celles de Jordan. On a une vraie relation de transparence.»

Le Gym dispose d’une option d’achat sur ce dossier estimée à 5 millions d’euros.

A noter que, contrairement aux rumeurs, Amavi ne sera pas rejoint par son ex-coéquipier, Steve Mandanda.

Fournier a également démenti les dires de la presse : « Ça va trop loin sur Steve Mandanda. Après, c’est vrai que comme il fait partie des joueurs que je connais bien, et que je peux côtoyer par ailleurs, ce sont des choses qui reviennent régulièrement. Mais je ne pense pas que Steve Mandanda soit une bonne idée pour l’OGC Nice. Et puis aujourd’hui, il y a deux très bons gardiens. On est assez bien fourni au poste à l’OGC Nice. Quand on prend un joueur, on ne le prend jamais en se disant on met un pansement sur 4 ou 5 mois.»

D’après La Provence, les dirigeants de l’OM, eux, se seraient montrés catégoriques dans ce dossier : le Champion du Monde 2018, âgé de 36 ans, ne quittera pas le club cet hiver.

Retrouvez toute l'actu mercato de OGC Nice

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.