Arsène Wenger, les années de trop

Contenu commercial | Nouveaux clients seulement | 18+

Les fans des Gunners vont devoir s’y habituer. Ce n’est plus Arsène Wenger mais Unai Emery qui prendra place sur le banc d’Arsenal.

L’entraîneur français a laissé sa place après 22 années en tant qu’entraîneur du club. Pour certains supporters, critiques lors de certaines mauvaises périodes traversées par le club, Wenger aurait dû partir plus tôt.

Au micro de RTL, Arsène Wenger leur a partiellement donné raison en concédant que cette longévité avait sans doute été « sa plus grande bêtise ».

Ma plus grosse bêtise, c’est d’être resté 22 ans dans le même club. Je suis quelqu’un qui aime la nouveauté et en même temps les challenges. Et je suis resté prisonnier de mon challenge.

Cet argument avancé par le coach alsacien diffère de l’opinion des supporters qui réclamaient la tête de Wenger pour les mauvais résultats ou pour sa frilosité lors du mercato.

Et si Wenger était parti plus tôt pour relever un nouveau défi, aurait-il accepté d’aller au PSG ? Voici la réponse de l’intéressé.

Peut-être… Peut être… (sourire). Je ne pense pas que Paris aurait déjà remporté sa première Ligue des Champions si j’avais pris les rênes de l’équipe. Le PSG est dans une entreprise collective d’ambition où le but ultime ne doit pas être la Ligue des Champions.

Visiblement, la philosophie de Wenger diffère de celle des dirigeants parisiens, dont l’objectif principal est de gagner rapidement la coupe aux grandes oreilles. Wenger a développé sa pensée.

La Ligue des Champions doit être la conséquence d’une période de progression et de qualité de travail, parce qu’une coupe est difficilement programmable et puis aujourd’hui dans le monde européen quand vous arrivez à ce niveau il y a six-sept équipes qui sont du même niveau. Donc il faut que tout s’enclenche au bon moment dans la même saison ! Ce n’est pas programmable

Au vu de ces propos, Wenger n’aurait certainement pas été sur la même longueur d’onde que le projet de QSI, s’il était venu au début ou au cours du projet et s’il avait été disponible.

Cela fait beaucoup d’hypothèses et beaucoup de « si ». Et avec des si, on peut mettre Paris en bouteille mais pas encore en vainqueur de la Ligue des Champions, sauf avec plus de temps, comme l’a indiqué la légende d’Arsenal.


Cette news Arsenal t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

Tombé dans la grande marmite du football en 2006, je souhaite partager ma passion magique pour le ballon rond à travers mes écrits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+18Pariez responsablePlay safe