« Jouer comporte des risques : endettement, dépendance... Appelez le 09-74-75-13-13 (appel non surtaxé). »

Les équipes surprises en Ligue 1 et en Europe

C’est l’heure de réaliser un petit bilan à mi-saison. Et si l’on vous avait présenté ce classement en Ligue 1 dès le mois d’août, vous n’y aurez sans doute pas cru. L’OM, Rennes, Bordeaux, ou même Nantes sont les belles surprises à mi-parcours. L’OL est le club le plus en doute, alors que d’immenses espoirs avaient été fondés par le duo Juninho-Sylvinho ! En Europe, les clubs aux budgets modestes surprennent eux aussi les grosses écuries, pour se hisser au plus haut des cieux. Ou du moins, pas loin du titre !

La Ligue 1 boostée par la jeunesse

Si l’on regarde les cinq premières équipes de Ligue 1 2019-2020 à mi-saison, le PSG est indétrônable, mais les surprises s’enchaînent. OM, Rennes, Lille et Nantes se partagent respectivement les places de poursuivants au club de la capitale. Une et une seule bonne raison à cela, la jeunesse !

La petite perle la plus probante qui illustre parfaitement ces surprises en Ligue 1 de première partie de championnat, c’est le tout jeune Camavinga. Tout juste naturalisé français, comme le reste de sa famille, Eduardo est la nouvelle star annoncée en France et pour 2020. Il enchaîne les performances de hautes volées, en Ligue 1 comme en Europe, au sein d’un club et d’une philosophie de jeu qui le positionne dans le coeur du jeu. Eduardo Camavinga est le bel exemple de cette Ligue 1 nextgen, aux surprises étonnantes et que l’on savoure sans modération.

À Nantes, l’esprit de la jeunesse règne aussi en maître, pour se hisser à mi-saison à la 5e place surprise de la Ligue 1. Marcus Coco (23 ans), Alban Lafont (20 ans), Elie Youan (20 ans) ou encore Thomas Basila (20 ans) sont cette nouvelle génération de joueurs formés à Nantes, ou par les Canaris directement sur le terrain de la Ligue 1. Les Deschamps ou Desailly ne diront pas le contraire, c’est la meilleure école. Surtout avec un Christian Gourcuff derrière qui connaît son affaire. Pour le LOSC, la 4e place actuelle est comme une confirmation, une nouvelle révélation d’un effectif parfaitement renouvelé après un mercato des plus agités. Pas vraiment ce dont pourrait se réjouir les lyonnais.

Et la dernière surprise du chef en Ligue 1, c’est l’OM. Jamais personne n’aurait vu les marseillais dauphin à mi-saison. Au pire, dans les 5 premiers, mais le second, à 7 points du PSG, c’est presque la saison parfaite. Une saison à l’image de son coach, André Villas-Boas, qui a su apporter sa confiance, sa détermination, pour redonner vie à des recrues en panne d’inspiration. Nous pensons surtout à Caleta-Car en défense centrale et Nemanja Radonjic. Dimitri Payet se redécouvre, et pourrait prétendre à l’Équipe de France, selon les dire même de DD. Et tout cela sans, ou presque, Florian Thauvin. Le meilleur dribbleur selon les statistiques, aussi sombres soient-elles, a été blessé d’entrée, et n’a disputé qu’une seule petite rencontre du championnat de France. Pourtant, à ce moment là, on ne donnait pas cher de la peau de l’OM. Mais c’était sans compter aussi sur la révélation au milieu de Valentin Rongier, un homme à tout faire, surtout le meilleur !

Petits budgets… Mais bien classés

En Europe, nous nous sommes aussi intéressés aux équipes surprises à mi-parcours. L’une d’elle est toute trouvée, en Premier League, sous le nom de Leicester. Alors certes, le titre est une douce utopie cette saison. Mais tout de même, être troisième, et se mêlant à la bataille entre Manchester City et Liverpool, c’est un exploit insensé. Même Chelsea n’arrive pas à suivre le rythme.

Après la Ligue 1 et la Premier League, place à la Bundesliga. Les habituels Bayern Munich et Dortmund se font gentillement doucher par le RB Leipzig et Mönchengladbach. À cause sans doute d’un faux départ pour les deux premières formations, mais surtout grâce à une jeunesse de feu présente au sein des deux têtes actuelles du championnat allemand. Timo Werner, du côté de Leipzig, déjà auteur de 18 réalisations en 17 rencontres, et Marcus Thuram, Breel Embolo, Alassane Pléa, Denis Zakkaria ou Matthias Ginter qui sont les bonnes pioches de Mönchengladbach.

La Serie A est un championnat où les effets de surprises sont peu permis. La Juventus y est première comme chaque année. Sauf que cette saison, les autres écuries en ont décidé autrement. L’Inter Milan a réalisé de très belles performances, avec deux moteurs en attaque qui sont salués par toutes les grandes stars : Romelu Lukaku et Lautaro Martinez. Si pour l’association des deux joueurs, des doutes pouvaient subsister, aujourd’hui, ce sont 20 buts à eux deux. Plus de 70% des réalisations interistes. La seconde meilleure attaque d’Italie doit tout de même faire face à la concurrence de la Lazio Rome. Un véritable rouleau compresseur comme nous avons pu l’apprécier face à l’AC Milan (5-0) ou encore face à la Juventus en Supercoupe (3-1). Pas étonnant donc de retrouver la Lazio troisième, avec Ciro Immobile meilleur buteur (17) et Luis Alberto meilleur passeur (11) !

Nous terminerons tout de même avec la Liga, même si la logique reste respectée avec le FC Barcelone en tête, et le Real Madrid en poursuivant. Tout de même, le FC Séville signe une belle première partie de saison, à l’image de Banega, meilleur passeur (6), pour venir se hisser à la 3e place, juste trois points derrière la Casa Blanca. L’Atlético est un peu à la traîne, mais avec la signature prochaine de Cavani, le cours de l’Histoire devrait changer.

par :