Si Tapie revenait à l’OM…

Après une deuxième place à la fin de la saison, l’Olympique de Marseille retrouve la Ligue des champions pour la première fois depuis 2011. Afin d’amener le club au sommet, Bernard Tapie réalise un putsch et éjecte Vincent Labrune de la présidence. L’ancien patron d’Adidas s’installe à Marseille pour révolutionner le club, lui le Parisien.

« Les garçons, je vous félicite pour cette belle saison 2014-2015, mais maintenant on change tout. Au revoir Bielsa, au revoir Vincent, au revoir tout le monde. »

Au soir de la victoire des Marseillais face à Bastia le 23 mai 2015, Bernard Tapie entre dans le vestiaire et tape du poing sur la table.

Il veut retrouver son OM d’antan, vainqueur de la Ligue des champions en 1993 et multiples champions de France entre 1989 et 1992.

Après un appel de la propriétaire, Margarita Louis-Dreyfus, « Nanard » débarque de Saint-Tropez, les marques de bronzage encore voyantes.

En trois minutes, tout est réglé. Il signe un papier faisant foi qu’il devient le nouveau président de l’Olympique de Marseille pour une durée indéterminée.

Vincent Labrune décroche son téléphone mais toutes les lignes du correspondant sont occupées.

Logique, Tapie rappelle ses hommes de confiance pour rebâtir un club à la hauteur de ses supporters.

Malgré une saison réussie avec une deuxième place derrière l’intouchable Paris Saint-Germain, un quart de finale de Coupe de France perdu face au petit poucet Saint-Julien-la-Genête dans la Creuse, et un échec en demi-finale de la Coupe de la Ligue face à Bastia et un triplé de Brandao, les Olympiens repartent de zéro.

Le « Guignolo » (Marcelo Bielsa) selon les termes de Tapie est viré sur le champ. Le nouvel homme fort de la cité phocéenne appelle Rudi Garcia, débauché de l’AS Roma contre un chèque de 20 millions d’euros.

Le Mister a mis la main à la poche, ses derniers sous qui lui restaient de son procès contre le « Crédit Lyonnais ».

Après une trêve estivale de courte durée, Bernard Tapie convoque les joueurs un par un.

Si le patron de « La Provence » brandit un panneau vert le joueur reste, si le panneau est rouge, le joueur est prié de dégager sur le champ.

André Ayew, Steve Mandanda, Alaixys Romao et Jérémy Morel sont éjectés.

En revanche, André-Pierre Gignac, Florian Thauvin, Giannelli Imbula et Dimitri Payet sont sauvés.

Bernard Tapie souhaite restructurer le club et se donne les moyens pour y arriver. Grâce à un coup de téléphone, il convainc Bill Gates d’investir à Marseille.

En une semaine, le patron de « Microsoft » injecte 1 milliard d’euros dans les finances du club.

Ronaldo, Messi, Neymar, Neuer et… Deschamps

En un été, Marseille bat tous les records de transfert.

Messi et Neymar débarquent en grandes pompes sur la Canebière contre 400 millions d’euros, Cristiano Ronaldo atterrit en jet privé à l’aéroport de Marignane pour signer un contrat de 30 millions d’euros annuels. Manuel Neuer se libère de son contrat au Bayern Munich.

Dans le même temps, le président de l’OM offre une enveloppe de 150 millions d’euros au club bavarois.

Et comme si cela ne suffisait pas, Bernard Tapie arrive à ses fins en nommant Didier Deschamps comme entraîneur de l’équipe fanion. Rudi Garcia n’a pas apporté les garanties nécessaires malgré 10 points d’avance à la trêve. Pas assez pour BT.

Une double casquette donc pour DD le Bayonnais.

Avec une équipe de stars, l’OM vole la vedette au PSG qui ne recrute « que » Paul Pogba, Sergio Ramos et Eden Hazard.

Trop peu pour fragiliser le boss de Marseille.

Avec ses méthodes encore inconnues pour le moment, Bernard Tapie s’arrange pour jouer tous les dimanches soirs sur Canal + afin de prouver à toute l’Europe que l’OM est redevenu son OM.

La saison 2015-2016 se conclut par un titre de champion de France devant l’ennemi juré le PSG, les couronnements en Coupe de la Ligue et Coupe de France mais surtout un nouveau sacre en Ligue des champions où Nicolas N’Koulou, le capitaine, soulève la Coupe aux grandes oreilles dans l’antre de San Siro sous les yeux ébahis du meilleur ami de Tapie, Silvio Berlusconi.

Après une année de strass et de paillettes, Bernard Tapie se retire comme un prince, le sentiment du devoir accompli laissant son OM retourner dans la normalité.


Cette news t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+18Pariez de manière responsable