SHAKTAR – MARSEILLE : LES NOTES DU MATCH

Marseille a loupé son quart. Et c’est peu de le dire. Pourtant, les Phocéens ont paru, tout au long du match, être capables de prendre la mesure de l’équipe Ukrainienne. Dominateurs en terme d’occasions, les Marseillais peuvent nourrir des regrets, eux qui ont encaissé un but par mi-temps. Et en Coupe d’Europe, l’habitude est de dire qu’un score de 2-0 au match aller place l’équipe vaincu dans une situation quasi-impossible. L’OM doit-il pour autant être pessimiste ? Oui, car le Shaktar a démontré un réalisme à toute épreuve, et ce malgré le départ de leur buteur Brandao cet hiver, vers la Cannebière. Non, car il n’y pas si longtemps, l’OM a déja réalisé cet exploit. C’était en Ligue des Champions, face au PSV Eindhoven où, après une défaite 2-0, l’OM avait réussi à inverser la tendance au Vélodrome par un succès primordiale 3-0 qui leur assura l’accès en C3. Ainsi, selon Eric Gerets, « la qualification sera compliquée, mais pas impossible « . Pour réaliser cet exploit, Marseille devra, comme le souligne Mathieu Valbuena, « réaliser un petit miracle à domicile » même si, pour Steve Mandanda, cela « reste dans leurs cordes ». Ils l’ont prouvé par le passé, à eux de le prouver à l’avenir.

Les notes :

  • Steve Mandanda :  6.5

Impuissant sur le second but, mais pas exempt de tous reproches sur le premier, Steve Mandanda a néanmoins livré une prestation plus qu’honorable. Trois interventions décisives dont deux face-à-face, le portier olympien, sous les yeux de Bruno Martini, permet à l’OM d’espérer au retour. Car sans lui, Marseille serait probablement éliminé.

  • Tyrone Mears : 5.5

Coupable lui aussi sur le premier but en gênant S.Mandanda, l’ex joueur de Derby County a cependant bien cadenassé son couloir droit. Quelques montées, même si cela reste insuffisant, montrent que le joueur prend ses marques dans cette équipe. Des tacles salvateurs, notamment en 1ère période.

  • Vitorino Hilton : 4

Match très irrégulier pour le Brésilien, qui a souffert défensivement face à ses compatriotes auriverdes. A son crédit, quelques relances qui auraient pu s’avérer décisives, mais il est resté bien en-deçà de son niveau en championnat.

  • Renato Civelli : 5

En retard sur le second but, l’Argentin confirme néanmoins ses bonnes dispositions actuelles. Précis dans ses interventions, il faillit marquer lors de la première période en effleurant du crâne un coup-franc de Zenden. Mais comme pour Hilton, Ilsinho, Fernandinho et consorts lui ont fait mal.

  • Taye Taiwo : 4.5

Du punch, comme d’habitude, mais lui aussi n’a pas été au niveau qui est le sien. Les deux buts sont venus de son côté, même si la défense centrale l’a peu aidé pour le coup. Du mieux en seconde période, où il n’hésita plus à monter, on attend néanmoins plus d’application dans ses centres.

  • Modeste M’Bami : 5.5

Du déchets, mais il est le seul milieu à avoir surnager dans l’entre-jeu Olympien. Seul à la récupération, Modeste a tenté, en vain, de jouer vers l’avant et de prendre des risques. Un travail de l’ombre appréciable, en dépit de ses quelques fautes qui lui ont valu un carton jaune. Mais son audace sera nécessaire au match retour.

  • Benoît Cheyrou : 4

Lui aussi a été pris de vitesse par ses homologues ukrainiens dans la bataille du milieu de terrain. Dépassé par Hubshmann, Benoît n’a pas eu le rendement habituel. Et c’est bien connu, comme le métronome Marseillais coule, c’est tout le navire Olympien qui prend l’eau. Le 4-3-3 ne lui correspond vraiment pas.

  • Lorik Cana : 4.5

De l’envie, une détermination appréciable, mais trop d’inconstance et de fautes techniques. Il aurait pu marquer par deux fois, mais, à l’instar de Cheyrou, il ne fut pas à la hauteur de l’évènement. Cependant, si les 11 acteurs étaient hier soir aussi motivé que lui, le résultat aurait pu être tout autre.

  • Baky Koné : 4

Il confirme qu’il se trouve dans une mauvaise passe actuellement. Transparent en première période, le lutin Ivoirien s’est néanmoins secoué en seconde mi-temps et aurait pu être décisif par une superbe percée. Une frappe dans la surface hors cadre confirme qu’il n’est pas en confiance en ce printemps 2009.

  • Boudewijn Zenden : 4

La surprise du 11 titulaire d’Eric Gerets, lui qui était annoncé en convalescence. Une qualité de passe appréciable, notamment sur coup franc, mais Srna a trop souvent pris le dessus sur lui. En Coupe d’Europe, on attend beaucoup plus d’un joueur avec un tel C.V.

  • Mamadou Niang : 6

L’attaquant olympien le plus en vue, il n’a pas ménagé ses efforts tout au long du match. Une frappe sur le poteau en première période aurait, si elle avait franchi la ligne de Pyatov, complètement bouleversé la rencontre, encore à 0-0.

Les remplaçants : Entré juste après le second but, Mathieu Valbuena (5) n’a pas été suffisamment entreprenant pour mettre à mal la défense ukrainienne. Il n’a pas eu, lui aussi, son activité habituelle. Quant à Mamadou Samassa, les dix minutes qu’il passa sur le terrain furent insuffisantes pour lui attribuer véritablement une note.

L’entraîneur : Eric Gerets (5) a tenté un 4-3-3 qui s’est avéré peu payant. Désormais, on en est sûr, l’OM n’est performant que lorsqu’il joue l’attaque. Ceci s’est démontré lors des déplacements à Paris ou dans le Chaudron. La recette est aussi valable en Coupe d’Europe, et tout laisse penser qu’une autre disposition tactique aurait apporté un peu plus que ce 4-3-3 à vocation défensive (3 milieux récupérateurs). Quant à son coaching, excellent ses derniers temps, il n’a rien amené de plus. Dans son duel avec Mircea Lucescu, le Lion de Rekem a perdu la première manche. Mais on regrette amèrement la blessure de Hatem Ben Arfa, qui aurait certainement fait un bien fou au collectif Marseillais.


Cette news Olympique de Marseille / OM t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

2 commentaires sur “SHAKTAR – MARSEILLE : LES NOTES DU MATCH

  1. Koné est décevant à chaque match quasiment.

    J’ai trouvé M’Bami très moyen, comme souvent quand il n’enchaine pas les matchs.

    Hilton est clairement pas supérieur à Civelli depuis quelques semaines alors qu’il doit être le patron de cette défense.

    Dans cette formation, Cana se prend pour un numero 10 et ça donne un peu n’importe quoi, reste à gagner le match de Dimanche pour ne pas gamberger et profiter du turnover qu’a fait Gerets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+18Pariez de manière responsable