PSG – OM : Vive les traitres !

Nouveaux clients seulement | Contenu commercial | 18+

En ce jour de Clasico entre le Paris Saint-Germain et l’Olympique de Marseille, retour sur les 5 plus grands traitres qui ont porté le maillot des deux clubs.

1.Gabriel Heinze

«Le PSG restera toujours le club de mon cœur. J’ai vécu une histoire d’amour avec Paris et ses supporteurs. En France, je ne peux jouer qu’au PSG.»

Tous les Parisiens se souviennent de cette phrase de Gabriel Heinze alors à Manchester. Joueur du PSG entre 2001 et 2004, l’Argentin est très vite devenu le chouchou du Parc des Princes.

Pendant 3 ans, le natif de Crespo a démontré toute sa hargne et tout son amour pour le club de la Capitale.

Cependant, en 2004, Heinze s’envole vers Manchester United avant de s’exiler au Real Madrid. En 2009, l’ancien défenseur de Valladolid revient en France.

Le PSG bien sûr ? Et bien non.

« Gabi » rejoint l’Olympique de Marseille.

Le Parc ne lui a jamais pardonné d’autant plus qu’Heinze sera champion de France avec l’OM en 2010 !

2.Fabrice Fiorèse

« Je vous le dis franchement, en rentrant chez moi, j’ai vomi. »

Vahid Halilhodzic n’a pas supporté le départ de Fabrice Fiorèse à l’OM en 2004.

Vice-champion de France et vainqueur de la Coupe de France en 2004 avec le Paris Saint-Germain, l’attaquant est transféré dans les dernières heures du mercato à Marseille.

Une trahison impardonnable pour tous les fans du PSG.

Désormais, « Fio » sera conspué dès qu’il mettra les pieds à Paris où il est devenu l’ennemi public n°1.

Excellent au PSG, Fabrice Fiorèse sera transparent à Marseille avec seulement 2 buts en 19 matchs entre 2004 et 2007.

3.Frédéric Déhu

Après un an au FC Barcelone, Frédéric Déhu débarque au Paris Saint-Germain. Très rapidement capitaine, le natif de Seine-et-Marne s’impose comme un leader au sein du club de la Capitale.

Après avoir été vice-champion de France avec Paris, il soulève lui-même la Coupe de France en 2004. Mais quelque chose ne tourne pas rond.

En fin de contrat, Déhu décide de partir chez l’ennemi. Un véritable coup de massue pour tous les fans du PSG.

Juste après la finale de la Coupe de France, l’ancien défenseur du Racing Club de Lens refuse de faire un tour d’honneur.

Pire, sifflé par tout le public du Stade de France, le Tricolore quitte le stade en larmes.

A Marseille, il a réalisé 2 saisons de qualité (2004-2006). Mais, à Paris, il n’est plus du tout le bienvenu !

4.Jérôme Leroy

Paris – Marseille – Paris. Jérôme Leroy a connu une trajectoire assez particulière. Formé au PSG, le milieu de terrain débarque sur les pelouses de Première Division en 1995.

Deux ans plus tard, il remporte la Coupe des Coupes sous l’ère Luis Fernandez. Mais en 1999, la belle aventure est mise entre parenthèses.

Leroy rejoint l’Olympique de Marseille où il est rapidement apprécié par tout le Vélodrome.

Entre 1999 et 2002, l’actuel joueur du Havre récite son football tout en technique et subtilité.

Jamais hué au Parc, il décide d’y revenir en 2002. Et quel retour.

Regardez !

5.Lorik Cana

Rares sont ceux qui ont réussi à s’imposer au PSG et à l’OM. Après Jérôme Leroy, Lorik Cana est un milieu de terrain qui a été adopté par le Parc des Princes et le Stade Vélodrome.

Entre 2003 et 2005, l’Albanais devient un élément essentiel du dispositif de coach Vahid.

Mais, celui qui a fuit le Kosovo en 1992 deviendra une icône à Marseille. En 2005, il signe dans « son club de coeur ».

Avec sa fougue et sa rage de vaincre, Lorik Cana se met le public marseillais dans la poche, et ce, jusqu’à son départ en 2009.

Nommé capitaine par Albert Emon, l’ancien joueur de Lausanne crucifie ses anciens coéquipiers du PSG avec un but lors du Clasico en 2005.

Impardonnable pour les supporters du club de la Capitale. 



Cette news t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.
+18Les jeux d'argent et de hasard sont resérvés aux personnes majeures.