PSG : J’ai fait un rêve…

Cette nuit, j’ai rêvé que le Paris Saint-Germain ne serait pas champion de France. Un cataclysme pour moi. Tout le monde en prend pour son grade à commencer par Laurent Blanc et Thiago Silva. En revanche, Zlatan Ibrahimovic est intouchable. C’est Zlatan quand même. Moi, je suis Nasser Al-Khelaïfi.

« Depuis la saison 2010-2011, Paris n’avait jamais aussi mal commencé.

A l’heure actuelle, le PSG est 5e du championnat après un nouveau match nul à l’extérieur face à Rennes (1-1). Le troisième en trois déplacements (Reims, Evian et donc Rennes).

Mercredi, dans les vestiaires, avant la rencontre face à l’Ajax, je fais une promesse aux joueurs. Si vous ne gagnez pas, je me rase la moustache.

Malheureusement pour moi, Amsterdam s’impose 3-0 dans une rencontre à sens unique où Zlatan, Salvatore Sirigu et Marco Verratti ont été expulsés.

Quatre jours après, nous recevons l’Olympique Lyonnais. J’appelle Jean-Michel pour lui dire de me filer le match.Grand seigneur, JMA accepte. Grâce à Zoumana Camara, nous gagnons 1-0 à la 97e minute.

Double prime pour Papus qui va devenir vice-capitaine du club.

Mais, je me rends compte que l’équipe ne tourne pas rond. Laurent Blanc commence à faire les exercices avec les joueurs.

Il est à deux doigts de se mettre sur la feuille de match contre Caen.

Plus les matchs avancent, plus je suis inquiet. Laurent Blanc n’est plus au niveau et Thiago Silva part constamment au Brésil.

Sur mon agenda, je coche la réception du FC Barcelone au Parc des Princes. Après avoir appelé Lionel Messi et Neymar, les deux joueurs déclarent forfait juste avant la rencontre.

Bien joué Nas’. Nous étrillons le Barça 7-0 avec un quadruplé de Maxwell et un triplé d’Ibracadabra.

Cependant, attention, six jours plus tard, nous recevons Monaco. Une débâcle.

Joao Moutinho se transforme en buteur, Eric Abidal et Radamel Falcao reviennent exprès pour le match. Au final, la défaite est dure à encaisser : 1-4.

Je commence à entendre des Nasser démission. Que faire ?

Au mercato hivernal, je recrute Hummels, Hamsik et Giroud.

Malgré tout, mon Paris ne va pas bien.

Je pleure toutes les larmes de mon coeur dans ma loge VIP aux côtés de Nicolas S et Enrico Macias.

Patrick Bruel est présent pour me donner les mouchoirs tout en me chantant « on s’était dit rendez-vous dans 10 ans ». Sympa Pat’.

La deuxième partie du championnat est un échec cuisant.

Malgré la victoire au panache face à l’OM au Vélodrome le 4 avril 2015, mon avenir est déjà scellé.

Celui du PSG aussi.

Le club de la Capitale ne sera pas champion de France puisque Saint-Etienne, Lille et Marseille ont plus de 20 points d’avance.

Zlatan commence à jouer en défense, Blaise Matuidi ne vient plus aux entraînements, Thiago Motta s’est reconverti dans le catch.

Je ne sais plus où donner de la tête.

Lors de la dernière journée, j’annule tous les feux d’artifice au Parc. Les supporters viennent près de moi et veulent me faire du mal.

Je tremble comme une feuille.

Une sonnerie ?

6h du matin, mardi 16 septembre. C’est l’heure de se lever.

Ouf, tout cela n’était qu’un rêve. Bien entendu, mon club sera champion de France et ira en demi-finale de Ligue des champions.

J’ai eu peur… »

 

 


Cette news t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+18Pariez de manière responsable