Marseille a trouvé la recette

Contenu commercial | Nouveaux clients seulement | 18+

Et les ingrédients qui vont avec. Sans véritable fond de jeu depuis le début de la saison, l’Olympique de Marseille a démarré l’année civile 2010 tambour battant, alignant 3 victoires et un match nul face au champion en titre bordelais. Ce soir encore, l’OM a éliminé l’équipe en forme du moment, le LOSC, au terme d’un match enlevé entre deux prétendants aux places européennes. Le prochain défi se nomme d’ailleurs Toulouse, en demi-finale. Doit-on y voir le début d’une seconde partie de saison en boulet de canon ? Décryptage.

Privée de leur buteur attitré Mamadou Niang, l’OM a vécu un mois de Décembre pour le moins houleux. En panne offensive, Brandao fut le premier visé par les critiques pour son manque de réalisme. Décrié, le comité directeur phocéen s’était donc mis en tête d’ajouter une nouvelle arme offensive lors de ce mercato d’hiver. Malheureusement pour eux, Mancini, sur lequel les dirigeants avaient jeté leur dévolu, n’a pas donné suite à l’offre marseillaise, clôturant le feuilleton dans un dénouement désormais connu de tous. Face à cet échec, l’idée a donc germé parmi le staff phocéen de relancer les deux bannis de la première partie de saison, Hatem Ben Arfa et surtout Mathieu Valbuena. Présentés depuis peu comme les « recrues du mercato hivernal », les deux hommes ont donc eu l’opportunité de se montrer sur plusieurs matchs. Et force est de constater que leur retour dans le onze marseillais est pour beaucoup dans le renouveau offensif de ce mois de janvier. Virevoltants, apportant une nouvelle dynamique à une équipe devenue quelque amorphe, les deux accélérateurs Marseillais contribuent fortement au spectacle offensif proposé par l’OM ces derniers temps. Annoncés sur le départ il y a même pas un mois, les voila à présent devenus des titulaires quasi indéboulonnables. L’enfant de Clamart entretient même l’espoir d’accrocher une place dans le wagon de la Coupe du Monde 2010.  Évidemment, un autre évènement ne doit pas être minoré : il s’agit du retour de blessure de Mamadou Niang qui, malgré ses sautes d’humeur, apporte un plus incontestable à la formation ciel et blanche. Sa complémentarité retrouvée avec Brandao, qui a multiplié les passes décisives pour son compère sénégalais depuis la fin de la trêve, en atteste.

  • Marseille en course sur 4 tableaux

En effet, durant ce premier mois de l’année, les hommes de DD ont inscrit pas moins de 10 réalisations, en dehors du match amical remporté 4-1 le 6 janvier. Et encore, ce chiffre ne tient pas compte du dernier match qui attend les olympiens ce mois-ci, face à la belle surprise de cette saison, Montpellier, à la Mosson. Ainsi, lentement mais sûrement, Marseille continue son bonhomme de chemin ; présente sur 4 tableaux, la formation olympienne peut toujours envisager de glaner un titre qui la fuit depuis 1993.  Mais là encore, la route est longue et l’édifice marseillais n’apporte pas encore toutes les garanties qui pourraient faire de lui un candidat à un trophée. En effet, à titre d’exemple, la recrue la plus cher de l’histoire du club, Lucho Gonzalez, malgré des statistiques plus qu’honorables (et un nouveau but tout en puissance ce soir), n’est toujours pas le maître à jouer voulu par Didier Deschamps. Cependant, l’éveil des deux lutins olympiens pourraient donner des idées à l’Argentin, tant sa place n’a jamais parue aussi menacée dans le onze titulaire de l’OM. Au micro de RMC, DD affirmait même avoir « sans doute commis quelques erreurs de jugement ». Doit-on y voir un signe ? Au jour d’aujourd’hui, en tous les cas, les acteurs de la réussite marseillaise ne sont clairement pas ceux dont on s’attendaient à ce qu’ils le deviennent.

S’adaptant aux nouveaux systèmes de jeu, en 4-4-2 comme en 4-3-3, l’OM semble avoir retrouvé une identité propre, celle-ci qui la fuyait depuis plusieurs mois. Et laisse ainsi entrevoir une deuxième partie de saison où, avec le retour des Africains, Marseille peut envisager autre chose que la simple 4ème place qu’il occupe aujourd’hui.  La réponse est peut-être dans les pieds de deux gamins venus de Gironde et des Hauts-de-Seine…

Par Adam Hadef


Cette news t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+18Pariez responsablePlay safe