France – Roumanie : l’analyse du match

C’est probablement un des matchs pour lequel j’ai eu le plus de difficulté à écrire. Vraiment. Pourquoi ? Parce que je n’aime pas me répéter. On va donc reprendre à la base, juste un principe simple. Pour gagner un match de foot, il faut marquer un but de plus que l’adversaire, ce que les Bleus n’ont pas su faire contre la Roumanie. Alors la vraie difficulté pour moi a été de ne pas tomber dans la critique simple mais réelle, les Bleus ne marquent pas, ou ils galèrent à le faire. Mais cette fois, il ya eu la manière, des beaux mouvements, du jeu court, du jeu long mais pas le résultat. Et je réalise qu’en fait, ma principale déception est là : il y a toujours quelque chose qui ne va pas.

Il y a combien de temps qu’un match a enjeux s’est déroulé sans accroc ? Il y a combien de temps qu’on a pas frémit dès que le décalage dans l’équipe adverse ? Combien de temps qu’on a pas été sûrs que les Bleus allaient marquer ou allaient gagner ? ça fait longtemps. Beaucoup trop longtemps. Et personnellement ça me fout en l’air. Alors bien sûr, samedi soir tout n’était pas à jeter, finalement comme à chaque fois. Mais on a eu des occaz en ne marquant qu’un but, on n’a pas perdu mais on a pas gagné. Les matchs d’avant étaient pourris mais on prenait des points. Samedi ça a été plus plaisant sans qu’on prenne rien. C’est agaçant et cruel.

Finalement, à l’issue des matchs de l’équipe de France on a un bon coté qui varie (parfois le jeu, souvent le résultat) et une masse de problèmes de plus en plus insolubles au fil des matchs : un défense fébrile et souvent différente, un coaching qui n’aide pas et une expression collective en pointillé. Pourtant, quand on voit Gourcuff, Henry, Gignac ou Anelka combiner comme ils ont pu le faire il y a de quoi rêver. Mais à coté de ça, le meilleur match de l’équipe depuis 2 ans est un nul contre la Roumanie privée de Mutu. Les Bleus sont 2e d’un groupe à 4 points de retard sur la Serbie qui est une bonne équipe sans plus. Les Bleus perdent en match amical sur des prestation ternes. L’équipe de France est globalement fébrile, sans caractère et joue souvent à contre-emploi.

Samedi soir, certains problèmes ont sauté aux yeux. Escudé est une erreur, une erreur très sympathique mais une erreur quand même. Squillacci avait fait de belles parties et avait laissé entrevoir de belles promesses, mais il ne joue plus. Mexès lui, est resté à Rome depuis l’Autriche. Evra et Sagna commencent à devenir les latéraux que la Premier League connait mais restent fébriles. A la récup, Toulalan est aux fraises depuis 2 matchs. Honnêtement, je le trouve carbonisé. Il ratisse toujours mais ne sait pas quoi faire du ballon, donc il le gâche. Et Cheyrou qui brule la piste à l’OM doit péter un câble. A coté, Lassana Diarra a pour lui l’impact mais ne fait pas toujours les bons choix. Gignac essaye, Gourcuff et Henry essaie de donner la mesure, Anelka et Benzema s’en foutent parfois… Bref, dans l’équipe de France il y a beaucoup de monde qui essaie mais personne n’y arrive.

A l’heure d’aujourd’hui, je ne suis même pas sûr de vouloir voir les Bleus allait en Afrique du Sud. Pourtant, la Coupe du Monde reste un évènement formidable… Mais c’est également un révélateur franc et ferme sur le niveau des équipes internationales. Le vrai haut niveau. Et je n’ai pas envie de voir l’équipe de France passer à ce révélateur. Je ne veux pas vivre en tant que supporter une deuxième coupe du monde en Asie. Parce que là, l’équipe de France n’a pas le niveau pour bien figurer en Afrique. Et c’est peut être ça que tout le monde veut éviter de voir.


Cette news t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

1 commentaire pour “France – Roumanie : l’analyse du match

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+18Pariez de manière responsable