Focus sur… le début de saison du Barça

   FC Barcelona - LigaAvec 18 buts depuis le début de la saison, dont 17 inscrits dans les 4 dernières journées, Barcelone est de loin, en championnat, l’équipe la plus prolifique, en compagnie de son rival éternel, le Real Madrid. Si l’adaptation a semble-t-il nécessité quelques matchs de chauffe, l’armada offensive, à présent dirigée par l’enfant du pays Pep Guardiola, semble trouver aujourd’hui sa pleine mesure.

Le départ de Ronaldinho aura certes allégé le coût de l’attaque Barcelonaise, toujours est-il qu’à eux trois, Samuel Eto’o, Leo Messi et enfin Thierry Henry valent, selon le marché, pas moins de 90 millions d’euros. Un investissement important donc, en adéquation avec la politique Barcelonaise de toujours, à savoir un football léché, spectaculaire, et bien sûr efficace. Dès lors, après deux premières maigres journées (1 défaite et 1 nul), beaucoup affirmaient d’ores et déjà que la crise couvait. Piqués au vif, les attaquants barcelonais répliquèrent de la meilleur des manières : un sévère 6-1 sur la pelouse du modeste Sporting Gijon se chargeait de faire taire les plus sceptiques. Des doutes subsistaient cependant sur la capacité Barcelonaise à gérer un résultat, ou encore à tuer un match. En effet, s’en remettant souvent au talent individuel du prodigieux petit Argentin pour inscrire quelques buts salvateurs aux ultimes instants des matchs ( notamment face au Chakhtior Donetsk ou dans le derby face à l’Espanyol ), les Catalans semblaient encore peu maîtres de leurs rencontres.

  • Un premier véritable test : l’Atletico


Attendu comme le premier grand choc de cette Liga 2008/2009, la rencontre opposant l’Atletico Madrid au FC Barcelone tenu toutes ses promesses. Evoluant dans un 4-3-3 typiquement Catalan, résolument tourné vers l’offensive, le Barça s’envola très rapidement au score. Eto’o, seul en pointe, soutenu sur les ailes par l’homme à tout faire de la maison barcelonaise, Andrès Iniesta, par « El Pibe de Oro »  (Leo Messi) coté droit, en plus de la titularisation surprise de Eidur Gudjohnsen et du jeune talentueux Sergio Busquets, la formation tentée par Guardiola apparaissait peu banale. Mais, au bout d’une mi-temps, le score lourd de 5-1 en faveur de ses hommes trônait déjà sur les écrans géants du Nou Camp. Malgré une tentative de révolte au tout début de la seconde période, l’Atletico sombrait peu à peu devant l’incroyable machine Barcelonaise, où chaque rouage fonctionnait à merveille. Car si les attaquants ont su hausser leur niveau de jeu pour ce grand rendez-vous, la performance du collectif Catalan dans son ensemble est à mettre en exergue.

  • Un socle équipe prépondérant

Ceci étant, si la prestation Barcelonaise fut à la hauteur du score final, à savoir 6-1, elle le doit en partie au match tout simplement énorme de son taulier, Xavi Hernandez. Discret travailleur de l’ombre, mais diablement efficace, le milieu défensif eut ce soir là un volume de jeu immense, couplée à cette capacité unique de distiller la bonne passe au bon moment, comme en témoigne ses actions sur les cinquième et sixième but. Il en est de même pour Sergio Busquets, issu de la maison catalane et propulsé titulaire, qui accomplit à la récupération une performance de haute volée. Il serait également injuste de ne pas relever le très bon match du français Eric Abidal, qu’on avait quitté en crise de confiance cet été, et qui semble retrouver aujourd’hui tout le potentiel qu’il avait démontré lors de la Coupe du Monde 2006. Une prestation qui n’aura « sans doute »  pas échappé aux yeux du sélectionneur Raymond Domenech ; la titularisation ce samedi face à la Roumanie de l’ex-pensionnaire de l’OL et du LOSC étant tout à fait d’actualité, vraisemblablement en défense centrale aux cotés de William Gallas.

Ainsi, c’est avant tout la victoire d’un collectif bien huilé qui a remporté de façon spectaculaire ce choc, tout autant que les précédents matchs. Cependant, si ce genre de coups d’éclats demeure retentissant, le plus important pour le nouveau stratège Josep Guardiola reste certainement de se trouver des résultats sur le long terme. A ce titre, le FC Barcelone peut-il nourrir des espoirs de glaner un trophée dès cette année ?

  • Un avenir doré ?


Oui, Barcelone a perdu l’un des meilleurs techniciens de cette décennie, en la personne de Ronaldinho. Oui, le club Catalan a été en proie à un conflit opposant socios et dirigeants (notamment le Président Joan Laporta) cet été. Oui, le recrutement effectué au dernier mercato restait plutôt discret, sans grands noms particulier, si ce n’est l’ex-Sévillan Daniel Alves voire l’ancien Gunner Aleksandr Hleb. Alors oui, certains spécialistes émettaient légitimement certaines réserves, quant à la possibilité pour ce club d’atteindre dans un futur proche les sommets qu’il a connu il y a de ça 2 ans, lors du doublé C1-Liga de 2006. L’arrivée du novice Pep Guardiola à la tête d’une telle équipe semblait dès lors confirmer les inquiétudes pressenties. Néanmoins, ne serait-ce que la fiche du précédent match face au rival madrilène suffit à nous éclairer. En effet, le banc Catalan, à l’image des Keita, Touré, Alves, Bojan ou évidemment Thierry Henry offre de multiples possibilités au coach du Barça. A cela, il convient également d’ajouter les blessés de long terme, tel que l’argentin Gabriel Milito ou la recrue Aleksandr Hleb. Naturellement, les plus sceptiques stigmatiseront la mauvaise ambiance qui planait l’an passé autour du vestiaire Catalan. Il en reste que sur le papier, cet effectif est et demeure performant. Composé de joueurs à l’expérience européenne et international bien rodée, il peut réellement nourrir de très hautes ambitions, et, qui sait, revenir sur la plus haute marche de cette Liga 2008/2009.

Ainsi, les balbutiements du début de saison Barcelonais ont semble t-il laissé place à une toute autre atmosphère du coté du Camp Nou. L’euphorie pressentie ces derniers jours en Catalogne pourrait booster le club pour les prochaines rencontres. Avec une telle mentalité de jeu tout en s’améliorant sur la régularité de leurs performances, Barcelone et son attaque de feu peuvent sans modestie aucune prétendre à un trophée. Dès cette saison ? Le rendez-vous est pris d’ici Mai.


Cette news t'a plu ? Abonne-toi à notre newsletter
A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+18Pariez de manière responsable