US

Sochaux : Les quatre dossiers pour cet été

par

Auteur d’une bonne saison, où elle devrait assurer son maintient sans problème, la formation du FC Sochaux peut d’ores et déjà se tourner vers le mercato estival. Actuellement les dirigeants sochaliens travailleraient sur quatre dossier. Un gardien de but, un latéral droit, un défenseur central et un attaquant.

Concernant le poste de gardien, le club des Doubs s’intéresserait de près à Guy Rolland N’Dy Assembe. Actuellement sous contrat avec le FC Nantes, ce dernier aimerait retrouver les peolouses de Ligue 1. Ce jeune portier pourrait prendre la successions de Teddy Richert qui à 36 ans, pourrait prendre prochainement sa retraite.

Ensuite concernant les postes de latéral droit et de défenseur central, les noms de Jonathan Rivierez et de Romain Genevois seraient évoqués. Le premier, âgé de 21 ans, porte actuellement les couleurs du Havre. Jamais utilisé lorsqu’il évoluait à Lille, ce jeune joueur  avait décidé de rejoindre la Ligue 2 et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a fait le bon choix puisqu’il sait parfaitement relancé en Normandie. Quant au second joueur, il est âgé de 23 ans et porte actuellement le maillot de Tours. Supervisé à plusieurs reprises par la cellule de recrutement sochalienne, il pourrait attérir dans le club des Doubs pour pallier un eventuelle départ de Jacques Faty qui figure sur les tablettes de Toulouse.

Concernant le poste d’attaquant, le FCSM aurait jeté son dévolu sur Ronny Rodelin. Âgé de 21 ans, ce dernier fait partie des bonnes révélation du championnat de Ligue 2. Sous contrat avec Nantes, il aurait d’ores et déjà indiqué quil quitterait les Canaris en cas de non montée en Ligue 1. A noter que Lille serait aussi sur les rangs du jeunes nantais.

Retrouvez toute l'actu mercato de FC Sochaux Montbéliard

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.