DK

PSG : Rabiot partira donc libre, dans 6 mois

par

Le dossier Adrien Rabiot fut l’un des feuilletons de ce mercato estival. Le joueur de 19 ans souhaitait mettre les voiles, afin de gagner en temps de jeu. Il faut dire que le milieu du Paris-Saint-Germain est des plus fournis.

Mais finalement, le jeune tricolore est resté au sein de son club formateur. Non pas par choix, mais parce que le club de la capitale, qui n’avait clairement pas envie de le vendre, n’a pas trouvé d’accord avec ses courtisans. A savoir Rome et Arsenal.

Finalement pas très étonnant, quand on sait ce que réclamait Nasser Al-Khelaïfi pour son protégé. Près de 25 millions d’euros, et un pourcentage à la revente de 50%. Volontaire, de la part du PSG? Toujours est-il que le président du club a affiché son envie de le conserver, dans un entretien accordé au journal Le Parisien.

On discutait avec Rome et avec d’autres clubs, mais on n’est pas tombés d’accord. Et lui n’est pas tombé d’accord avec certains clubs. Moi, j’adore ce joueur. Il a un grand talent, il vient de notre centre de formation, je suis fier de lui et je veux le garder. Pendant plus d’un an, on a discuté pour qu’il prolonge son contrat. Il ne veut pas, il veut partir.

Il a pourtant très peu de chances de voir son souhait se réaliser. Car Rabiot ne devrait pas avoir envie, plus que précédemment, de prolonger son bail. On semble donc se diriger tout droit vers un départ, duquel Paris n’engrangera… rien.

Si les Giallorossi et les Gunners étaient intéressés, nul doute que nombreux devraient donc être les clubs à se joindre à la lutte, voyant une telle opportunité se présenter.

Retrouvez toute l'actu mercato de Paris Saint-Germain / PSG

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.