US

Poyet va quitter Bordeaux !

par

Malgré la qualification de son équipe pour le barrage de la Ligue Europa contre Marioupol (3-1, 2-1), l’entraîneur des Girondins de Bordeaux, Gustavo Poyet, songe sérieusement à démissionner. En effet, les conditions du départ de Gaëtan Laborde à Montpellier n’auraient pas plu à l’uruguayen et il l’a bien fait savoir en conférence de presse.

Je ne suis pas content aujourd’hui. C’est mon plus mauvais jour dans ce club. C’est une honte ce que le club a fait aujourd’hui avec nous, avec Gaëtan Laborde. Je pense qu’il faut s’arrêter là. J’ai dit au club qu’il ne pouvait pas partir jusqu’à ce qu’on prenne un autre joueur. Ils ne s’en sont pas occupés et ont laissé partir Laborde. On est arrivé aujourd’hui à l’hôtel à 11h45 et Laborde n’était pas là. On l’a appelé et il était à Montpellier. Personne ne m’avait rien dit. Je vais discuter avec mon agent demain et je prendrai ensuite une décision (…) C’est une honte qu’ils aient fait ça contre moi, contre les joueurs, contre les supporters. Je ne peux pas accepter ça. J’ai besoin d’explications des propriétaires et du président. Quand ils m’auront expliqué ça, on verra si je continue. Je me fous des dirigeants bordelais qui parlent par-derrière, ils essaient de me tuer par-derrière. C’est à eux de parler avec vous.

Cette sortie ne pouvait pas être sans conséquence et le technicien a rencontré ses dirigeants ce vendredi matin. L’entrevue aurait été brève et au bout de 10 minutes seulement, les deux parties ont décidé de se séparer, selon RTL. On attend l’officialisation.

Retrouvez toute l'actu mercato de FC Girondins de Bordeaux

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.