US

Paris joue sa dernière carte pour Pjanic

par

On l’a appris cette semaine, l’ancien pensionnaire de l’Olympique Lyonnais est sur le point de prolonger son contrat avec la Roma. C’est en tout cas ce qu’affirmait Rudi Garcia, en ce début de semaine.

La prochaine fois que vous entendrez parler de lui, ce sera pour la prolongation de son contrat avec Rome.

Une déclaration qui aurait, sans plus attendre, entraîné une réaction du Paris-Saint-Germain. En effet, les dirigeants du club de la capitale souhaitent toujours enrôler le milieu Bosnien, après avoir essuyé un cuisant échec cet hiver. C’est pourquoi ils auraient immédiatement contacté leurs homologues du club de la Louve, si l’on en croit la Gazetta dello Sport.

Connaissant l’intérêt des romains pour Javier Pastore, un échange aurait été proposé. En plus de celui-ci les parisiens seraient prêts à lâcher une enveloppe de 15 millions d’euros. Si l’on se réfère à la valeur marchande du milieu argentin, on obtient donc un total de 35 millions d’euros.

Ce qui correspondrait exactement au montant de la clause libératoire du contrat proposé à Pjanic. Ce qui n’est certainement pas le fruit du hasard. Alors le joueur préférera-t-il poursuivre l’aventure avec Roma ou rejoindre le PSG?

Dans le premier cas, ou il prolongerait alors son bail, il percevrait la somme de quatre millions d’euros par an.

L’autre est tout de même moins envisageable, car on n’imagine mal les Giallorossi laisser partir leur milieu dans le cadre d’une telle offre, après avoir refusé 50 millions d’euros il y a un peu plus d’un mois.

Retrouvez toute l'actu mercato de Paris Saint-Germain / PSG

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.