US

OM : Valbuena réclame plus d’un demi-million d’euros

par

Quatre ans que l’aventure s’est terminée entre l’Olympique de Marseille et Matthieu Valbuena. Mais certaines choses sont loin d’être finies. L’ancien joueur a réclamé mardi devant les prud’hommes 568 800 euros au club phocéen.

C’est le dernier volet du contentieux entre Valbuena et son ancien agent. En 2014, le milieu change de représentant afin de partir de l’OM, où il piétine. Vendu dans la foulée au Dynamo Moscou, il voit son ancien agent, Christophe Hutteau, lui réclamer 568 800 euros sur la foi d’un protocole d’accord en cas de transfert.

Valbuena ne veut pas lui donner cette somme, estimant que c’est à son ancien club de la régler. Mais sous la pression du tribunal d’Aix en Provence, qui fait saisir sa Porsche Cayenne en avril 2015, il cède et paie Hutteau. Mais c’est loin d’être fini.

Suite à cet épisode, Valbuena demande à Marseille de lui donner cette somme, faisant valoir un accord oral entre lui et le président de l’époque, Vincent Labrune. Mais il est débouté par le tribunal de grande instance de Marseille et est même condamné à payer 3000 euros pour dommages et intérêts au club marseillais.

L’affaire se joue désormais donc aux prud’hommes. Son avocat, Maître Douard, compte plaider sa cause avec la même ligne de défense :

L’OM avait absolument besoin des huit millions d’euros du transfert de Valbuena à Moscou (…) La prise en charge par l’OM de ces 568 800 euros était une condition essentielle à la signature avec le Dynamo de Moscou (…) L’OM a manqué à ses obligations de bonne foi.

Pour l’OM, il ne doit rien au joueur, son transfert ayant eu lieu après le 30 juin 2014, date limite à laquelle les Phocéens s’étaient engagés à payer les commissions du transfert. Valbuena a en effet signé à Moscou le 4 Août.

Le conseil des prud’hommes rendra sa décision le 13 juin prochain.

Retrouvez toute l'actu mercato de Olympique de Marseille / OM

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.