US

OM : trois noms pour un entraîneur

par

A l’issue de la saison, José Anigo sera remplacé par un nouvel entraîneur. Lorsqu’il a pris la succession d’Elie Baup, il savait parfaitement qu’il s’agissait d’une période d’intérim, avant de trouver un véritable technicien. Depuis plusieurs mois, les dirigeants phocéens s’activent donc en coulisses, et multiplient les pistes.

Si l’on en croit les informations détenues par RMC, ces derniers disposeraient désormais d’une short-list de trois noms. Elle devrait donc très probablement contenir celui du prochain coach de l‘Olympique de Marseille.

La première chose à retenir, c’est que l’actuel entraîneur du Borussia Mönchengladbach, Lucien Favre, y figurerait. Il était récemment question que le technicien suisse prolonge son contrat avec le son club d’outre-Rhin. Mais les performances actuelles de l’équipe pousse les dirigeants à la retenue. Le Borussia n’a pas gagné un seul de ses neuf derniers matches de Bundesliga, pour cinq défaites. Si la situation perdurait, et que Favre ne prolongeait pas, la piste le menant à l’OM prendrait alors de plus en plus de crédit.

La seconde chose à savoir, c’est que les médias n’auraient absolument aucune idée du prochain entraîneur marseillais. En d’autres terme, cela signifie que, de tous les noms évoqués jusqu’à présent, aucun ne figurerait sur la fameuse short-list. On peut donc d’ores et déjà éliminer André Villas-Boas, Michael Laudrup, Fabio Capello, Bolo Zenden, ou encore Mircea Lucescu.

Enfin, toujours selon RMC, les trois personnes en question ont toutes été contactées, et seraient, à priori, d’accord pour venir coacher Marseille.

Rappelons que les dirigeants phocéens avaient affirmé qu’ils communiqueraient le nom du futur coach d’ici au mois d’avril. Ce qui laisse donc un peu moins de trois semaines de patience.

Retrouvez toute l'actu mercato de Olympique de Marseille / OM

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.