US

OM : Où en est le dossier OCAMPOS ?

par

Annoncé depuis maintenant plusieurs jours, Lucas Ocampos (3 buts en 14 rencontres de Serie A), actuellement prêté par l’Olympique de Marseille au Genoa avec une option d’achat de 8 millions d’euros en fonction du nombre de but, devrait bel et bien rejoindre le Milan AC.

En effet, depuis samedi, les Rossonero auraient trouvé un accord avec l’argentin de 22 ans sur le plan contractuel, d’après le Corriere dello Sport et également avec le Genoa, comme l’a confirmé Rocco Maiorino, directeur sportif de Milan : « Nous avons eu un entretien avec le Genoa et l’agent de Lucas Ocampos. Nous avons un accord de toutes les parties. Hier (samedi), Adriano Galliani s’est entretenu avec l’Olympique de Marseille, et les Français doivent renégocier leur accord avec Gênes, mais nous sommes optimistes quant à la réussite de l’opération.» Néanmoins, ce dimanche, c’est l’Olympique de Marseille qui posait problème !

Le club est pourtant d’accord sur le principe, mais il n’a pas encore donné entièrement son feu vert et souhaitait renégocier certains termes du prêt et notamment deux points. Il s’agirait du montant (10 millions d’euros au lieu de 8) et la condition (nombre d’apparitions plutôt que nombre de but puisque, pour eux, l’ancien monégasque à moins de chance de jouer en Lombardie).

Néanmoins, l’abandon des négociations par l’actuel 7ème de Serie A a finalement raisonné les olympiens qui se sont finalement mis d’accord sur un prêt avec les mêmes conditions et un pourcentage sur une future revente de 25 %, d’après Gianluca Di Marzio.

Le joueur est attendu ce lundi en Lombardie pour effectuer sa visite médicale.

 

Retrouvez toute l'actu mercato de Genoa

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.