US

OGC Nice : vers un rachat du club ?

par

Un homme est intéressé par le rachat du club.

OGC Nice : vers un rachat du club ?
Après l’annonce des départs de Jean-Pierre Rivère et Julien Fournier en janvier dernier, on pensait que les choses allait se tasser avec l’arrivée du propriétaire actuel, Chien Lee et celle plus récente de Gilles Grimandi.
Pourtant, Nice-Matin a fait état de l’intérêt de Jim Ratcliffe, l’homme le plus riche d’Angleterre, envers l’OGC Nice, dont il souhaite devenir propriétaire.
Le quotidien avance que Sir James Arthur Ratcliffe, milliardaire britannique âgé de 66 ans et PDG du groupe multinational de pétrochimie Ineos, a ainsi confié pour mission à son frère Robert Ratcliffe de s’occuper du rachat du club.
Alors que Chien Lee était plutôt enclin à vendre le club aux Ratcliffe (Robert Ratcliffe a visité les installations du club, puis les deux frères ont préparé une offre de 90 millions d’euros), l’actuel propriétaire niçois a finalement fait volte-face.
OGC Nice : vers un rachat du club ?
Est-ce pour autant la fin de l’intérêt de Ratcliffe pour l’OGC Nice ? Pas sûr. Celui qui souhaite acheter le club de la ville de la « Promenade des Anglais » pour les « solides attaches » qu’il a avec la ville n’a pas dit son dernier mot et dispose de solides arguments.
Bien qu’il a affirmé qu’il ne « cédera pas à la surenchère », Jim Ratcliffe a tout de même assuré qu’il était prêt à faire des « investissements conséquents » pour obtenir « un plan de développement clair et ambitieux sur le long terme ».
Malgré un changement de propriétaire récent, il pourrait bien y avoir encore du mouvement dans la direction du club azuréen.

Retrouvez toute l'actu mercato de OGC Nice

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.