FR

LOSC : Bielsa pourrait perdre son bras de fer !

par

Depuis son renvoi, Marcelo Bielsa ne lâche pas son ancien club. Remercié pour faute grave par Lille, le technicien argentin est bien décidé à récupérer son dû coûte que coûte.

Mais le premier rendez-vous devant la commission juridique de la LFP ne lui est pas favorable. Après deux heures passées à écouter les avocats des deux parties, la Ligue a décidé de mettre le conflit en délibéré.

De plus, Bielsa pourrait passer à côté des 18 millions d’euros qu’il réclame. Pourquoi ? Selon RMC, il a signé en février 2017 un contrat stipulant clairement son salaire ainsi que ceux de ses adjoints, les primes, les clauses et notamment ce fameux « parachute doré ».

Mais quelques mois plus tard, le vrai contrat de travail, homologué par la LFP, que l’Argentin a signé était moins précis, la clause « parachute doré » disparaissant. Il pourrait donc passer à côté de cette somme comme le confirme le média français :

Selon nos informations, la commission juridique devrait estimer que le premier document signé n’a pas de valeur de contrat de travail, mais plutôt de contrat-cadre qui permettait de réunir les différents accords entre les deux parties. Le seul contrat qui ferait foi serait donc le contrat de travail homologué par la LFP

Cette décision pourrait compromettre le reste de la bataille juridique de Bielsa. Les prud’hommes comptent en effet s’appuyer sur la décision de la commission :

Ce positionnement de la commission est important car il est attendu par le tribunal des prud’hommes, qui doit trancher le litige entre le LOSC et Bielsa. Si cette juridiction s’appuie sur la conclusion de la commission, elle pourrait considérer que Bielsa ne peut prétendre à son « golden parachute »

La guerre est donc mal partie pour Marcelo Bielsa devant la justice. Mais le dossier est encore très loin d’être bouclé…

Retrouvez toute l'actu mercato de Lille OSC / LOSC

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.