FR

Lille : Lopez sort du silence !

par

Lille ne s’attendait pas à une saison aussi compliquée l’été dernier. 16e de Ligue 1, à seulement un point du barragiste, Angers, les Lillois sont dans le dur. Le changement de coach opéré en novembre, avec la venue de Christophe Galtier à la place de Marcelo Bielsa, n’a pas permis de redresser la barre.

Mais si beaucoup de choses étaient reprochées au patron lillois, Gérard Lopez, ce dernier ne s’était plus exprimé depuis des mois. Jusqu’à ce vendredi, avec un entretien accordé à la Voix du Nord. Et il est décidé à s’expliquer.

Émotionnellement, c’est compliqué et je le vis mal. J’ai envie qu’on réussisse, qu’on gagne. J’ai envie d’aider. Je suis un fan parmi d’autres mais ce n’est pas moi qui joue.

Parmi les sujets abordés, l’homme d’affaire regrette surtout certains choix réalisés cet été :

Beaucoup de choses ont été faites au départ et les premiers retours étaient positifs. Il y a des décisions qui ont été prises mais qui n’auraient pas dû l’être comme cela, je pense notamment au loft. Quand on fait quelque chose, on le fait à fond, quitte à en assumer les conséquences après. On n’était pas cent pour cent à l’aise avec celles-ci mais à l’époque on avait donné une liberté de choix à l’entraîneur en place.

Invité également à s’exprimer sur Marcelo Bielsa, actuellement en guerre avec le club dans le but d’obtenir des indemnités de départ, Lopez a évité de trop commenter la situation en cours, lâchant simplement :

Je retiens pour l’instant que ça a mis notre projet en retard.

La crise est encore loin d’être fini à Lille, le club ayant été relégué en Ligue 2 à titre conservatoire par la LFP. Il doit redresser la barre d’ici la fin de la saison, sous peine d’être sanctionné.

Retrouvez toute l'actu mercato de Lille OSC / LOSC

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.