US

Les exigences de Blanc pourraient lui coûter sa tête

par

Il y a des lendemains difficiles. Et cela semble être le cas au Paris-Saint-Germain à l’heure actuelle, après l’élimination en quart de finale de Ligue des Champions, face à Chelsea. Et notamment pour l’entraîneur du club de la capitale. Alors qu’il était tout proche de signer un nouveau bail, une prolongation semble désormais s’éloigner.

Ce qui n’a pour autant pas empêché le Cévenol de poser ses conditions, pour qu’il reste au PSG. Il désirerait ainsi avoir plus de pouvoir en ce qui concerne l’organisation du club, en interne. Et il voudrait également devenir la voix principale, en matière de transferts. On a clairement vu que ce n’était pas le cas, lors du mercato hivernal, puisqu’il a fallu attendre le dernier moment et le refus de Miralem Pjanic pour voir Cabaye débarquer. C’est en tout cas ce que croit savoir RMC.

Des demandes qui peuvent sembler audacieuses et pas forcément légitimes, quand on sait que le seul trophée supplémentaire que Blanc pourrait apporter au PSG est la Coupe de la Ligue. Par rapport à son prédécesseur, Carlo Ancelotti.

En réalité, la prolongation ou non de Laurent Blanc dépendrait d’un homme : Arsène Wenger. Lui non plus n’est toujours pas fixé quant à son avenir au sein de son club. Et la disette des londoniens pourraient bien durer une année supplémentaire, ce qui ne jouerait pas en sa faveur vis-à-vis de ses dirigeants. Ces derniers pourraient alors décider de s’en séparer.

Ce qui constituerait une véritable aubaine pour Nasser Al-Khelaïfi. On sait que l’Asacien constituait la priorité numéro un du président parisien, l’été dernier. Bien au contraire de Blanc, qui a vu plusieurs personnes refuser le poste avant de se le voir proposé. C’est pourquoi Al-Khelaïfi pourrait à nouveau tenter sa chance concernant Wenger.

Retrouvez toute l'actu mercato de Paris Saint-Germain / PSG

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.