US

Le jour où le PSG a laissé le titre à Bordeaux aux dépens l’OM

par

PSG-Bordeaux ce soir, un duel historique. La confrontation du 29 mai 1999 est notamment restée dans les mémoires. On vous explique pourquoi.

Le contexte

Cette saison 1998-1999, deux équipes se sont échangées la première place sans laisser une miette aux concurrents : l’Olympique de Marseille de Laurent Blanc et Robert Pirès et les Girondins de Bordeaux de Sylvain Wiltord et Johan Micoud.

Tout se joue lors de la dernière journée alors qu’un point seulement sépare les deux formations. L’OM se déplace à Nantes et doit l'emporter alors que Bordeaux, leader, affronte le PSG au Parc.

Le fameux PSG-Bordeaux

L’OM remplit sa partie du contrat en allant gagner à Nantes et espère donc une contre performance de Bordeaux au Parc.

Malheureusement pour les Marseillais, le Paris Saint-Germain n’a plus rien à jouer durant ce match.

Malade à l’idée de voir Marseille remporter un titre de Champion de France, la défense parisienne fait preuve de quelques largesses.

A la dernière minute, elle laisse partir Pascal Feidouno pour le but vainqueur. On n’a jamais vu le Parc aussi heureux de prendre un but.

Vous pouvez vous refaire le match en entier si vous le souhaitez :

Les aveaux de Llacer

Il aura fallu 12 ans pour que le milieu de terrain du PSG l’avoue. C’est sur RMC, en mai 2011 que le joueur en a dit plus sur son état d’esprit :

On n’était pas à 100% motivé pour faire un résultat contre Bordeaux. Je n’étais pas seul. Après, peut-être que cela a dû se voir chez moi plus que chez les autres… Etant vraiment frappé de l'empreinte du club et étant né à Paris, je voyais d’un meilleur oeil le fait que le titre de champion aille aux Girondins de Bordeaux.

Rolland Courbis, entraîneur de l’OM à l’époque, pleure toujours.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.