US

Evian cherche un coach et active son mercato

par

Si la nouvelle ne devait pas arrivée si tôt, le mercato d’Evian a déjà commencé. En effet, le club savoyard est à la recherche d’un nouvel entraineur pour la saison prochaine, comme l’a expliqué le président du club, Patrick Trotignon : « Oui je confirme cette information parce qu’elle est réelle. Pour autant, je regrette qu’elle soit sortie parce que ce n’était pas le moment. On était à 48h de Noël. Mais avec le conseil d’administration, nous avions décidé de ne pas prolonger le contrat de Bernard Casoni. Il y a des raisons à cela. Notre projet prévoit une implication plus importante de la part du coach. Mais on n’en veut pas du tout à Bernard. C’est juste qu’il ne peut pas s’impliquer au mieux pour des raisons familiales. Ce que nous souhaitons, c’est un coach qui vive en Haute-Savoie »

En ce qui concerne son mercato hivernal, le promu, actuellement onzième de Ligue 1, devrait vendre plusieurs joueurs. D’après Le Dauphiné Libéré, Nicolas Farina serait même en tête de liste. Néanmoins, il ne devrait pas avoir de mal à retrouver un club puisque Reims, Metz, Nimègue, Orduspor, Brescia, Nancy, Nice, Betis Séville et même le Chievo Vérone seraient sur ses traces. Felipe Saad serait également partant et devrait finir la saison en Suisse ou en Ligue 2, sous forme de prêt, tout comme Ali M’Madi. Pour finir, Youssef Adnane et Hervé Bugnet devraient, de leurs côtés, respecter leur bail qui expire en juin prochain avant d’aller voir ailleurs.

Tout ces départs devraient permettre au club savoyard de récupérer quelques liquidités qui pourraient pourquoi pas leur permettre de recruter. Le nom de Benoît Lesoimier aurait même été évoqué, mais le Stade Brestois ne semble pas vendeur. Le Dauphiné Libéré révèle également que l’ETG s’intéresserait de très près à Peter Utaka qui évolue actuellement à Odense.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.