US

France – Allemagne, les clefs du match

par

Nous sommes à l’aube d’une des rencontres les plus capitales de l’Equipe de France. Ou tout au moins de cette jeune génération, avec laquelle au fil des matchs, on se prend à rêver. Pour les Varane, Pogba, Sakho, Griezmann, Digne ou encore Mangala, nul doute qu’il s’agisse même de la rencontre la plus importante de leur carrière.

Face à l’une meilleures équipes, qui on le rappelle, était déjà la favorite des bookmakers derrière le Brésil avant le début de la compétition, l’Equipe de France n’est pas donnée favorite. Pourtant, elle dispose des armes nécessaires pour déstabiliser la Mannschaft. Les-Transferts vous dévoile les clefs de ce match.

La bataille du milieu de terrain

Ce serait un raccourci trop rapide que de dire que celui qui va la remporter sortira vainqueur de la rencontre, tant un match de football se joue parfois sur des détails. Pourtant, celle des deux équipes qui s’imposera dans l’entrejeu prendra très clairement une option sur la décision finale de ce quart.

A l’instar des Bleus, les Allemands évoluent depuis le début de la compétition en 4 – 3 – 3. Au milieu de terrain, on retrouve Philipp Lahm, Bastian Schweinsteiger et Toni Kroos. Les trois présentent l’avantage de très bien se connaître, puisqu’ils évoluent ensemble au Bayern Munich.

S’ils sont solides, ce sont également de très bons joueurs de ballon. C’est pourquoi, même si elle a eu du mal face à l’Algérie, l’Allemagne conserve en général la mainmise sur la balle, et la distribue, avec plus ou moins de réussite, à son aise.

La mission confiée à Blaise Matuidi, Paul Pogba et Yohan Cabaye, qui selon toute vraisemblance devraient débuter cette partie, sera donc de gêner un maximum le porteur du ballon, afin de gêner au maximum dans son utilisation.

L’impact physique imposé par les deux premiers sera donc d’une importance capitale. Le Parisien devra très clairement faire abstraction du fait qu’il se trouve sous la menace d’une suspension, en cas de carton jaune. A priori, ce dernier et le Turinois devraient être en mesure de bousculer le trio allemand. Cabaye, quant à lui, jouera dans ce qui devrait ressembler à un rôle de meneur de jeu. En phase défensive, il aura la charge d’embêter Lahm.

Bloquer les couloirs

Là ou les hommes de Joachim Löw font la différence, c’est sûr les ailes. C’est des côtés que viennent la majorité des buts inscrits par la sélection allemande. Il faut dire qu’avec Mesut Özil et Mario Götze, le talent est au rendez-vous.

Or, s’il faut trouver un point faible à l’Equipe de France, ce sont ses joueurs de couloir. Mathieu Debuchy a beaucoup apporté dans le secteur offensif face au Nigéria, mais il est beaucoup moins sûr lorsqu’il s’agit de défendre. Et Patrice Evra, sur une ou deux actions, est capable de totalement passer au travers.

Contrairement à ce que l’on a vu en huitièmes, et notamment du côté gauche, les ailiers devront donc venir prêter main forte à leurs latéraux. C’est une des raisons pour lesquelles Antoine Griezmann devrait être préféré à Olivier Giroud. Car lorsque Benzema joue sur le côté, il est trop peu concerné par les tâches défensives.

Cela ne suffira évidemment pas à contrer toutes les offensives allemandes. Cependant, on peut penser qu’un tel choix viendrait limiter le danger créé par nos adversaires.

L’animation offensive

Face au Nigéria, Didier Deschamps a décidé d’aligner Olivier Giroud, dans son onze de départ. Par le défi physique imposé par les Super Eagles, il a voulu répondre avec un joueur au profil athlétique. Sans doute s’agit-il su seul « mauvais » choix qu’a pu effectuer le sélectionneur depuis le début de la compétition.

En effet, on a bien vu, jusqu’à la rentrée en jeu du jeune Griezmann, que c’était très faible dans l’animation offensive. Le rendement de Karim Benzema est bien meilleur dans l’axe, et le joueur de la Real Sociedad, très remuant, trouve souvent les décalages sur le flanc gauche. De plus, sur le terrain, les deux joueurs s’entendent et se trouvent à merveille. Ils parlent le même football.

D’un jeu très statique et stéréotypé, on est ainsi passé à beaucoup de mouvements, des combinaisons dans les petits espaces, ce qui nous a permis de nous créer de nombreuses occasions. C’est là l’autre raison pour laquelle Griezmann devrait probablement être titularisé.

D’autant que la défense allemande, très controversée, présente sensiblement les même caractéristiques que celles de nos adversaires précédents. Les quatre défenseurs évoluant tous en charnière centrale en club, ce sont avant tout des joueurs physiques. Donc à priori prenables en jouant au sol, et dans des petits périmètres. Ce que les tricolores savent faire.

Conserver cette insouciance

Sur le plan psychologique, il faudra bien évidemment que l’enjeu de l’événement ne vienne pas paralyser les jambes des Bleus. Le cas échéant, nous irions au devant d’une grande déconvenue.

Il faudra donc savoir conserver cette sérénité et cette insouciance qui ont été les nôtres depuis le début de la compétition. Blaise Matuidi se plaisait à rappeler hier, en conférence de presse, combien il était impressionné de trouver ces qualités chez les plus jeunes de ses partenaires.

Mais quoi qu’il arrive, dans ce domaine, on peut faire confiance à Didier Deschamps. S’il ne l’avoue pas encore, il a un objectif en tête : remporter cette Coupe du Monde. Cette fois-ci en tant que sélectionneur. Et il saura trouver les mots pour transmettre sa volonté et sa force de caractère à nos Bleus.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.