US

Equipe de France : les dernières révélations de Deschamps

par

Un peu plus de 100 jours avant le début de la Coupe du monde. Le moment choisi par Didier Dechamps pour évoquer plusieurs sujets en rapport avec l’Equipe de France. Dans un long entretien à SFR Sport, le sélectionneur français livre son avis sur plusieurs joueurs.

A commencer par les arrières gauche. Sur ce poste encore incertain où il y a beaucoup de concurrence, le sélectionneur fait confiance à Benjamin Mendy, même s’il attend de voir comment il reviendra de sa blessure au genou qui l’éloigne des terrains depuis septembre :

Dans l’absolu, oui il sera titulaire. Aujourd’hui, je n’ai pas la réponse. Il fait tout pour être en condition. Il est dans des temps de passage qui sont très bons. Après, il faut se remettre dans le rythme, reprendre la compétition. C’est un objectif pour lui, et il fait tout.

Deschamps a aussi évoqué les concurrents du joueur de Manchester City. Notamment Jordan Amavi, qui pourrait griller la priorité à Lucas Digne et Layvin Kurzawa, tous deux en difficulté cette saison :

C’est un joueur qui est candidat à ce poste. Il y en a d’autres aussi. Il est venu parce qu’il y en avait d’autres qui étaient blessés. Ça me laisse la possibilité d’avoir des choix différents. Quand je l’ai pris, j’estimais que c’était celui qui m’offrait le plus de garanties.

Après la défense, le coach français est passé au milieu de terrain. Il a notamment salué l’un des joueurs les plus utilisés depuis ses débuts à la tête des Bleus, Moussa Sissoko. Il explique pourquoi le joueur de Tottenham est constamment appelé :

Il mérite d’être là. Il n’y a qu’à regarder l’Euro 2016, ce qu’il est capable de faire en finale, et même avant. Après, si on lui demande de faire du Kingsley Coman ou du Kylian Mbappé, c’est pas du tout le même registre. Ce n’est pas mon chouchou, je l’apprécie. […] Moussa, c’est le prototype du soldat. C’était le soldat de Casanova à Toulouse, c’est le soldat de Pochettino à Tottenham, même si ça a été plus compliqué au départ. Il n’a pas d’état d’âme.

En plus de défendre Sissoko, Deschamps est aussi venu protéger Paul Pogba, cible de la presse anglaise depuis quelques semaines et qui ne s’entendrait plus avec son coach à Manchester United, José Mourinho :

Je regarde ce qu’il fait, il n’est pas en difficulté. Il a eu une petite blessure, là il était malade. Pour le moment, il réalise une très, très bonne saison avec Manchester United

Enfin, le sélectionneur français a évoqué la concurrence en attaque. La France est en effet fournie aux différents postes offensifs. Il a appuyé sur la forme du moment de Florian Thauvin, capable de faire bouger la hiérarchie :

Un joueur offensif doit être décisif. Thauvin marque et fait marquer. Il peut jouer dans différents systèmes. Il a cette régularité-là. Les joueurs offensifs sont jugés là-dessus. Ils peuvent faire de très bons matchs sans marquer mais il est là pour marquer et faire marquer, lui comme d’autres.

Le Marseillais sera notamment en concurrence avec Kingsley Coman ou encore Nabil Fékir. Olivier Giroud, lui, pourrait avoir gagner sa place sa Russie en partant à Chelsea cet hiver :

Je suis heureux pour lui. Je ne suis pas là pour donner des conseils, je suis là pour qu’il touche du doigt la réalité, lui dire les choses. Après, c’est sa décision. Je ne vais pas lui dire d’aller là plutôt que là, c’est à lui de voir. Il a enchaîné deux titularisations consécutives, ça ne lui est pas arrivé depuis longtemps. Il est plutôt décisif, puisqu’il fait marquer et il marque.

Beaucoup de dossiers évoqués par Didier Deschamps donc. Mais ce dernier assure qu’il est encore loin d’avoir fait sa liste :

Ce ne sera pas forcément celle du mois de mai. Je ne pense même pas à celle du mois de mars. […] Je n’ai aucune certitude sur qui sera disponible.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.