FR

Kaka, Dossena, Doumbia, Ogbonna et Rannochia au Milan?

par

Après avoir perdu plusieurs cadres (Inzaghi, Seedorf, Van Bommel, Ibrahimovic, Thiago Silva, Nesta et Gattuso) et prêté plusieurs jeunes (Filippo Perucchini, Uros Palibrk, Marcus Diniz et Rodrigo Ely), les dirigeants du Milan AC souhaiteraient se renforcer et quatre joueurs figureraient en bonnes positions sur les tablettes Rossonero.

En ce qui concerne le poste de milieu de terrain, les milanais souhaiteraient rapatrier celui qui est devenu indésirable au Real Madrid, Kaka. Gaetano Paolillo, l’agent du milieu offensif brésilien se serait même entretenu pour la deuxième fois avec Ariedo Braida (directeur sportif) et Adriano Galliani (administrateur délégué). Paolillo a même confié : « Si nous avons parlé de Kaka ? Oui mais je ne dirai rien de plus. » Une première offre de 13 millions d’euros aurait même déjà été formulée, selon Marca.

Du côté de l’attaque, le dernier 2ème de Serie A garderait un œil sur Seydou Doumbia, l’avant-centre du CSKA Moscou. Seul hic, l’ancien joueurs des Young Boys est sous contrat jusqu’en juin 2015 et couterait environ 20 millions d’euros.

Concernant le couloir gauche qui devrait être orphelin de Taiwo et certainement Mesbah dans les prochains jours, c’est Andrea Dossena (Naples) qui pourrait venir combler le vide laisser par les deux joueurs cités précédemment, comme l’affirme Il Mattino.

Pour finir, la direction lombarde aimerait recruter un voire deux défenseurs centraux et si l’on en croit 4-4-2.com, les nouvelles recrues milanaises dans ce secteur pourraient être Andrea Ranocchia (Inter Milan) pour qui une offre de 12 millions d’euros aurait été formulée, mais rejetée, et Angelo Ogbonna (Torino). Il faudra, respectivement, 16 et 15 millions d’euros pour s’attacher leurs services.

18+ Jouons Responsable ! Jeu responsable Jeu responsable
Les jeux d’argent sont réservés aux personnnes majeures Interdiction volontaire de jeux: Toute personne souhaitant faire l’objet d’une interdiction de jeux doit le faire elle-même auprès du ministère de l’intérieur. Cette interdiction est valable dans les casinos, les cercles de jeux et sur les sites de jeux en ligne autorisés en vertu de la loi no 2010-476 du 12 mai 2010. Elle est prononcée pour une durée de trois ans non réductible.